Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
A moy que chault!

Extension du domaine du caveau

30 Septembre 2015, 02:02am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Le lit semblait immense, beaucoup trop grand en tout cas pour le corps décharné qui s’y recroquevillait. Cette minuscule momie tremblotante, reliée par divers fils et tuyaux à des machineries clignotantes, était-elle vraiment sa grand-mère ? On le lui avait affirmé, il n’en était pas convaincu. Ce visage déformé par la souffrance et l’hébétude, cette bouche désormais sans dents, flasque comme une perpétuelle grimace, improbable gargouille, ne lui rappelait rien. Même les mots qui sortaient de ces lèvres martyres lui étaient inconnus, sans doute était-ce de l’allemand, cette langue maternelle qui revenait soudain à la surface, dans les ultimes instants, comme un burlesque retour à l’enfance.

C’est donc cela une fin de vie ? Un demi- cadavre en couche-culotte dans des odeurs d’éther et de désinfectant… Voilà l’aboutissement. A peine quelque mois après son mari, brisé et humilié lui aussi avant d’être autorisé à partir…

Bien sûr, elle ne reconnaît plus personne. Elle bave un peu. Sans doute a-t-elle eu une vie riche et heureuse pour la payer d’une si pénible et pathétique conclusion. Car il faut toujours payer… Nous qui avons eu des existences misérables, peut-être serons-nous autorisés à les quitter de façon légère et doucereuse…

Voir les commentaires

Duroc

30 Septembre 2015, 01:56am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

- « Tu te dis quoi quand tu vois toutes ces filles dans le métro ? »

- « Comment ça ?

- « Ben, par rapport au fait que tu es seul… Tu te dis quoi ?»

- « Heu... rien de spécial… »

- « Tu ne te dis pas que, vu le nombre de jolies filles qu’il y a partout, c’est quand même bizarre qu’il n’y en ait même pas une pour toi ?»

- « Ha, ben non… »

- « En fait, c’est que tu dois super exigeant ! »

- « Je ne crois pas. »

- « Ben tiens ! Je connais ton genre… le dépressif mégalo ! »

- « Merci… »

- « En plus, ça ne s’arrange pas avec l’âge cette pathologie… »

- « Mais c’est faux putain ! »

- « Ha oui ? Et bien dis moi quels sont les critères de la femme idéale pour toi ? »

- « Mais j’en sais rien ! »

- « Allez, allez… dis pour voir ! »

- « Je ne sais pas… Disons gentille, drôle et cochonne… »

- « Ha ben voilà ! Exactement ce que je disais ! Du pur délire ! »

Voir les commentaires

L'ennemi

23 Septembre 2015, 22:08pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

La France n'a pas attendu cette nouvelle vague d'immigration massive pour crever. Celle-ci n'est guère que la mousse qui se répand sur le visage d'un noyé depuis longtemps expiré, déjà à demi rongé par les vers.

Il suffit de regarder un film des années 40 ou 50 pour saisir que le « grand remplacement » a déjà depuis belle lurette était réalisé. Entièrement. Complètement. Grand remplacement esthétique, moral, physique, psychologique... Et même si demain, tous les allogènes devaient disparaître par un fol enchantement du sol hexagonal, la dramatique mutation n'en serait pas pour autant inversée. Car qu'ont fait ces hordes de migrants sinon venir occuper un espace que leur offraient des morts-vivants lassés d'eux-même, honteux de leur passé, ennuyés de leur présent et écoeurés par leur avenir ? C'est un arbre déjà sec et sans sève dont ils sont venus dévorer les dernières feuilles, les ultimes chétifs bourgeons. Fréquentez des endroits dits préservés, peuplés uniquement par des « de souche », des bons petits blancs, les dernières particules, les nouvelles fortunes, les bons élèves et vous serez convaincus de l'irrémédiable avancée du mal. Qu'ont-ils de français ces commerçants internationaux, ces gesticulateurs américanisés, ces androgynes à mèches, ces calculateurs, ces poseurs, ces narcisses, ces obsédés du fric et du fion ? Une langue approximative ? Une peau jaunie et blafarde ? Pas de quoi se faire tuer sur une barricade... Les peuples sans Dieu(x), sans transcendance, sans rêve collectif, sont condamnés. Après viennent les éboueurs pour ramasser les restes.

Une fois que l'argent et l'individualisme ont gagné, tout est perdu.

Voir les commentaires

Smartphone

23 Septembre 2015, 21:17pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Lassé de regarder toutes les 3 minutes son téléphone imperturbablement muet, il l'avait violemment jeté contre le mur puis avait été secoué d'un spasme d'angoisse à l'idée de n'être plus joignable. On ne sait jamais, 5 mois de silence ce n'est rien finalement, pas grand chose en tout cas... Quel con ! Il ramassa le précieux appareil et tenta de lui administrer les premiers secours mais impossible de le ramener à la vie... La technique trahissait, une fois encore ! Salope !

Il pleuvait à nouveau. C'était bon pour les radis qui commençaient à poindre au fond du jardin. Malgré l'averse, la fenêtre était restée ouverte et laissait entrer dans le bureau une fraîcheur agréablement piquante. La pièce sentait l'ennui et le tabac froid. Flottait également une vague odeur de maïs bouilli, vestige du repas du soir. Qui mange du maïs bouilli ? Cela devait être bien dégueulasse en tout cas et c'est sans doute pour ça qu'il avait fallu l'absorption de deux bouteilles de Pinot noir pour faire passer le goût. Les photos accrochées au mur étaient jaunies par la fumée de cigarettes qui leur donnait une touche prématurément surannée. Des jeunes déjà vieux et des sourires passés. Un œil peu aguerri aurait pu penser que quelqu'un vivait là alors que c'était un cadavre qui finissait d'y pourrir.

Voir les commentaires

Incompréhension

23 Septembre 2015, 19:26pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

  • « Bonjour, vous en êtes une ? »

  • « Une quoi ? »

  • « Ben.. une pute... »

  • « Ben, ça y ressemble non ? »

  • « Heu, oui... mais bon, on ne sait jamais... surtout de nos jours...»

  • « Ben là, on sait. »

  • « Ha oui, et bien enchanté. »

  • « Enchanté que je sois une pute ? »

  • « Oui.. enfin, non... je veux dire, enchanté de vous rencontrer... »

  • « C'est un plaisir partagé... »

  • « Tant mieux. »

  • « Bon, tu veux quoi mon grand ? »

  • « Ha ben.. disons connaître les tarifs de vos prestations... »

  • « Moi je fais pas de catalogue... c'est 150 tout compris, avec capote et sans trucs spéciaux... »

  • « D'accord... et ça dure combien de temps ? »

  • « Ben ça dure le temps que tu dures mon chou... »

  • « Ha, ben ça fait cher la minute... »

  • « Ca, c'est pas mon problème.... »

  • « Non mais c'était de l'humour... »

  • « Je ne suis pas exactement là pour rigoler... »

  • « Bien sûr...bien sûr... et sinon juste pour boire un verre et discuter ce serait combien ? »

  • « Ha non, désolé, je ne fais pas les détraqués... »

Voir les commentaires

A la vie, à la mort...

22 Septembre 2015, 23:23pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

  • « Comment ça va ? »

  • « Moyen... »

  • « Ha merde... »

  • « T'es dispo pour boire un verre.?»

  • « Aie non, pas ce soir.... on fête le demi anniversaire de la petite... »

  • « Le ? »

  • « Ouais, le demi anniversaire … C'est un délire... Tu vois c'est hyper-conventionnel de fêter les anniversaires des enfants... Donc, avec Marie, on a décidé de fêter les demis anniversaires... Les gens hallucinent... »

  • « Oui j'imagine... »

  • « Ouais... donc ce soir on a du monde à la maison... Je t'aurais bien dit de passer mais bon, je suppose qu'un truc de famille, ça te fait grave chier... »

  • « Ben oui, la famille forcément... »

  • « Et puis, tu sais que Marie n'est pas hyper-fan de mes potes... »

  • « J'ai cru comprendre... »

  • « Mais bon on se rappelle et on se fait grave un truc ! »

  • « Quand ? »

  • « Quand quoi ? »

  • « Ben quand est-ce qu'on se rappelle pour faire grave un truc ? »

  • « Ben je sais pas... un de ces jours... »

  • « Ok. »

  • « Super... A plus alors ! Je te laisse, Marie m'appelle... »

Voir les commentaires

La banlieue sans haine ni fard

22 Septembre 2015, 19:48pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

En ces temps de « rentrée littéraire », coruscant barnum annuel du monde de l'édition, délaissons les « grandes maisons » qui rivalisent de démagogie publicitaire pour tenter de placer leurs « poulains » en vue des sacro-saints « prix », ultimes planches de salut d'une profession à l'agonie, et penchons-nous sur un petit ouvrage atypique, auto-édité, « Poids lourd » de Paul Fortune. Ici point d'affres sexuello-psychologiques de douloureux trentenaires des beaux quartiers, point de considérations « citoyennes » sur le destin tragique d'un clandestin homosexuel sidaïque, mais le récit, brut et sans concession, d'une plongée dans une banlieue française racontée sans filtre idéologique ni circonvolutions pleurnichardes. L'auteur, contraint pour des raisons professionnelles de passer le permis C - poids lourd –, se retrouve immergé dans un environnement jusque là inconnu de lui, un centre de formation à la conduite situé à Drançy et où la présence d'un « blanc » est sinon indésirable, du moins incongrue.

« Je suis un genre de mystère dans cet environnement. Une bête curieuse. Qu'est-ce qu'un type comme moi fait parmi eux, sur un parking à essayer de conduire des camions. Qu'est-ce qu'un blanc fait là, dans un endroit où il n'y a, où il ne devrait y avoir, que des noirs et des arabes ? Ils attendent tous la réponse. »

Cette expérience donne naissance à une roborative galerie de portraits tragi-comiques, sans indulgence mais sans cruauté, et à la mise en scène du choc de deux mondes qui d'ordinaire se côtoient sans se rencontrer. Une plongée ultra-réaliste, sans misérabilisme ni prêchi-prêcha bien pansant, dans l'ambiance glauque et pesante de ce que sont devenues les banlieues de l'immigration. Misère sociale et intellectuelle, petite criminalité, ennui, laideur, grisaille, chaos ethnico-culturel...

"Une femme voilée dans une rue Diderot, ça confine quand même au sublime. Humour involontaire. En tout cas Dieu s'est bien vengé des libres penseurs. Et méchamment avec ça. Moi ce genre de symbole, ça me parle. L'ironie, que ça s'appelle. Du genre tragique."

Embarquez dans le poids lourd de Paul Fortune pour une visite guidée à la fois drôle et désespérante. Tout est vrai. Sensations garanties.

Xavier Eman (in "Présent" du Samedi 19 septembre)

Paul Fortune, « Poids lourd », 140 p., 9 euros. paulfortune1975.wordpress.com

Voir les commentaires

RDV

22 Septembre 2015, 19:44pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

RDV

Voir les commentaires

Ce soir

18 Septembre 2015, 10:37am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Ce soir

Voir les commentaires

RDV

17 Septembre 2015, 14:59pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

RDV

Voir les commentaires

1 2 3 > >>