Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
A moy que chault!

Tolérance

27 Novembre 2017, 19:06pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

« L’homme même le meilleur, l’homme des pays catholiques surtout, est devenu ignoblement tolérant ; il pousse l’abjection jusqu’à s’enorgueillir de cet horrible vice. Il a cessé d’être empoigné, entièrement possédé par cette intolérance qui trempe le caractère de l’être et lui permet d’accomplir de grandes choses. Il ressent, tout au plus, des crises d’indignation ; mais l’indignation est passagère ; elle agit par à-coups, ne laisse rien derrière elle, que de la fatigue et du dégoût ; ses accès se dissolvent en prières, en espoirs de réformes, en sottises ; elle donne la maladie de la justice, et non pas la soif de l’action. L’intolérance est permanente ; elle n’a cure de la justice ; c’est la défiance qui vibre en elle ; elle ne veut pas de réformes, mais des suppressions totales. Il faut être intolérant pour être libre. »

Georges Darien, « La Belle France »

Voir les commentaires

Les tricheurs

26 Novembre 2017, 11:18am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Pour suivre l'air du temps, pour se soumettre à l'hystérie de l'instant, pour se conformer à la dernière mode médiatique, Jupiter Macron propose la création d'un « délit d'outrage sexiste immédiatement verbalisable d'un montant dissuasif. » Un nouveau délit, rien que ça ! Un nouveau tas de paperasse venant compléter la montagne de réglementations et de lois qu'ils sont déjà infoutus de faire appliquer, qui étouffent les honnêtes gens sans jamais inquiéter les crapules,une nouvelle étape de l'inflation législative, fruit de cette maladie mentale qui fait que l'on pense avoir résolu un problème dès lors qu'on a pondu un texte officiel portant son nom.

Ce projet de mesure pourrait n'être que grotesque s'il n'était pas avant tout abjecte. Abjecte de démagogie, de lâcheté, de mensonge et de tartufferie... Dans un pays où des filles se font violer collectivement dans les caves et où leur tortionnaires bénéficient d'une quasi totale impunité, où les flics n'osent plus mettre les pieds dans les quartiers où les « outrages sexistes » sont justement les plus nombreux et les plus violents, où la justice estime qu'une gamine peut être « consentante » à une relation sexuelle à 11 ans, où les voyous roulent sans permis dans des voitures de luxe payées en liquide, où les racailles s'abstiennent de payer tout transport en commun et rient aux éclats quand ils sont verbalisés par un contrôleur avant de jeter immédiatement l'amende à la poubelle... Dans un tel pays, un état si totalement incapable et démissionnaire prétend régenter et punir les « gestes, attitudes, et paroles » sexistes ? Les nullités qui nous gouvernement, incapables d'empêcher les massacres islamistes ou de nourrir les sdf, vont partir à la chasse aux mains au cul et à la plaisanterie graveleuse ? Quelle pitoyable et sinistre plaisanterie... Bien sûr, comme tout ce qu'ils font, comme tout ce qu'ils entreprennent, cette tentative absurde restera en plus lettre-morte, sans autre efficacité que quelques amendes symboliques distribuées à des petits bourgeois éméchées, des ouvriers lourdingues et des chefs de service trop entreprenants... Car évidemment, on n'ira pas traquer « l'outrage » sexiste dans le 9.3, déjà qu'on n'y va plus pour le trafic de drogue ou d'armes... On s'agitera donc quelques temps dans les quartiers bourgeois et ceux des classes moyennes qui subsistent encore, puis on passera à autre chose, une autre connerie dictée par l'agenda médiatique et l'hystérie revendicative d'une quelconque minorité...

Voir les commentaires

Une fin du monde sans importance

22 Novembre 2017, 11:40am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

La punition

 

André regardait pour la énième fois sa montre mais le temps ne passait pas, il semblait suspendu, écrasé lui aussi par la chaleur estivale et l'atmosphère étouffante de cette plage surpeuplée. Cela faisait à peine une heure qu'ils s'étaient installés, avec Marie, sur ce mètre carré de sable miraculeusement inoccupé et il s'emmerdait déjà fermement. A ses côtés, son épouse semblait pour sa part être déjà tombée dans un semi coma, étalée sur sa serviette éponge, rosissante sous les assauts du soleil. Avec ses kilos en trop écrasés sur le sol, elle ressemblait à quelque chose se situant à mi-chemin entre l'oeuf sur le plat et la méduse. A cette pensée, André eut un léger haut le cœur et chercha a détourner le regard mais, sur cette plage essentiellement familiale, il n'y avait même pas un bout de jeune et sympathique nichon à reluquer. A perte de vue, ce n'était que cellulite, vergetures, pilosité mal maîtrisée, ventres affaissés, genoux cagneux et plis graisseux en tous genres... Le travailleur libéré, la laideur décomplexée.

André avait trop chaud, sa propre peau poisseuse, enduite de force de crème solaire par une Marie tenant à éviter le cancer à son cher et tendre, le dégoûtait, les cris des gamins jouant alentours lui martyrisaient les tempes, le vent consumait ses cigarettes à une vitesse excessive tout en lui projetant dans les yeux des petits cristaux salés et son esprit vagabondait entre le désir de suicide et l'envie de génocide... Bref, il était en vacances.

Chaque année, c'était la même chose, le même tarif, la même punition. Quinze jours à la mer. N'importe où mais à condition « d'avoir du soleil ». Car Marie avait besoin de soleil, un besoin presque vital disait-elle, pour « décompresser », « récupérer » et se « régénérer » avant de reprendre le job épuisant de « mère au foyer sans enfant mais très investie dans l'associatif ». Une relative paix conjugale le reste de l'année était à ce prix, il fallait donc en passer par là. La location balnéaire hors de prix, les embouteillages délirants pour y parvenir, les barbecues avec les cons de voisins ex-sarkozystes néo-macronistes mais toujours bedonnants, arrogants et ignares, les restaurants dégueulasses et les cartes postales obligatoires... Il est vrai que Grand-mère Eizheimer qu'on a foutu depuis dix ans dans un mouroir du Limousin, cela devait lui faire sacrément plaisir de savoir qu'on pensait à elle en se trempant le cul dans de l'eau tiédie à la pisse du côté de Biscarosse... De quoi remplacer aisément les 10 visites qu'on a reporté jusque là...

André était tellement accablé qu'il s'était surpris à presque envier le pauvre hollandais qu'ils avaient croisé à l'aller, encastré avec sa voiture dans un pilier d'un tunnel de l'autoroute...

Bien sûr, il aurait pu être autre chose qu'un faible, il avait même essayé jadis mais cela s'était avéré encore plus pénible et fatiguant. Il avait donc préféré opter pour la normalité et était maintenant un mari « ouvert » et « attentif aux besoins de sa compagne ». Il avait même frôlé le sans-faute dans le dernier test de Femme Actuelle, « Etes-vous le mari idéal ?», se loupant uniquement sur la question « Est-ce parce que mon épouse ne suce pas que je ne dois pas la lécher ? » où son égoïsme primaire avait lamentablement repris le dessus.

Les minutes paraissaient des heures. Des gouttes de sueur ruisselaient en tous sens, tout le monde se répandait lamentablement. André eut alors une idée qu'il pensait géniale : il fallait partir sans attendre, immédiatement même, car nous étions la veille du 15 août et il était donc impérieux de se précipiter au supermarché pour faire des achats sous peine d'être privés de merguez et de rosé par le jour férié approchant ! Faire les courses, voilà une distraction qui emplissait désormais André de joie et d'espérance ! Se balader dans les rayons à la recherche des offres promotionnelles, entrechoquer les caddies avec d'autres prédateurs avides de pâte à tartiner chocolatée moitié prix et de papier toilettes triple épaisseur à tarif exceptionnel, contempler l'élégance – slip de bain, débardeur et tongs - du français en congés, profiter de la fraîcheur du rayon des produits congelés ... voilà ce qu'il voulait, ce à quoi il aspirait ! Tout plutôt que cette plage de merde et ce soleil à la con. Mais Marie, d'une phrase, doucha tous ses espoirs :

  • « Mais voyons, pas de stress... Cela fait longtemps que tout le monde travaille et que tout est ouvert le 15 août... On n'est plus au Moyen-Age ! ».

A cet instant, et pour la première fois de leur mariage, André ressentit une puissante envie de battre sa femme, de la frapper sauvagement, de la cogner jusqu'au sang, de lui arracher les yeux puis de l'étrangler. Bien sûr il n'en fît rien. Il ne fallait pas gâcher les vacances.

 

Xavier Eman (In revue Eléments, numéro 168)

 

 

Voir les commentaires

Catholicisme

7 Novembre 2017, 21:56pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

"La caverne d'Ali-Baba a été désaffectée et conscrée au panthéon catholique, mais les quarante voleurs y sont toujours, et ils ont fait des petits. Quant aux marchands que jadis on chassait du temple à coups de fouet, il est devenu impossible de les mettre dehors sans vider le temple; ce sont eux qui font le service et l'autel est devenu leur comptoir."

George Darien, "La Belle France"

Voir les commentaires

Nouveau numéro!

3 Novembre 2017, 14:19pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires