Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
A moy que chault!

Abonnements: mobilisation générale!

29 Juin 2022, 15:43pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

A l’occasion de la sortie de notre numéro 13, désormais disponible, nous relançons une campagne d’abonnement afin d’assurer l’avenir de la revue et son développement.

Anciens abonnés, non-abonnés, lecteurs au numéro, nous avons besoin de vous !

Besoin de vous tout d’abord pour des raisons très concrètes, car si  notre équipe est entièrement bénévole tous nos coûts de fabrication et de diffusion ont drastiquement augmenté (le prix du papier donc les tarifs de l’imprimeur, le prix des enveloppes, les tarifs postaux…).

Besoin de vous ensuite pour développer notre audience, nous faire connaître, nous faire rayonner, gagner de nouveaux lecteurs et de nouveaux relais.

Abonnez-vous, réabonnez-vous, faites abonner autour de vous !  Zentromag est une aventure militante collective, l’organe d’une communauté active. Nous comptons sur vous.

Salutations,

L’équipe Zentromag

Abonnement simple (1 an, 6 numéro) = 35 euros

Soutien : 50 euros ( ou plus …)

Abonnement structure associative ou militante (1 an, 5 exemplaires par numéro) : 60 euros

Paypal : zentromag@gmail.com

RIB sur demande

 

Voir les commentaires

Family Business

18 Juin 2022, 22:49pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Dès qu'elle avait mis un pied dans l'appartement familial en rentrant du lycée, Mélanie avait senti une atmosphère particulière, plus lourde qu'à l'accoutumée, presque pesante. Même la moustache de l'aïeul, dans son cadre aux moulures dorées, semblait plus sombre et menaçante que d'ordinaire. Peut-être était-ce l'absence du perpétuel fond musical (Monteverdi, Schubert ou Michel Sardou) ou bien l'odeur inhabituelle du cigare paternel, ce dernier rentrant généralement beaucoup plus tard du bureau. Quoi qu'il en soit, indiscutablement, quelque chose se tramait...

La sombre impression fût rapidement confirmée par la présence de ses parents dans le canapé du salon, assis côte à côte, immobiles et silencieux, et qui, sans qu'il y ait le moindre doute, l'attendaient.

 

« Soit ils ont trouvé mon shit sous le matelas, soit ils vont m'annoncer qu'ils divorcent... » pensa Mélanie en s'asseyant, légèrement nerveuse, dans le fauteuil club en face de ses géniteurs.

Comme toujours, ce fût sa mère qui prît la parole :

 

  • « Ma chérie, ton père et moi avons à te parler de quelque chose d'important.... »

  • « Pourvu que ce soit le divorce ! » murmura Mélanie entre ses dents serrées  maladroitement masquées derrière un sourire forcé.

  • « Voilà, comme tu le sais sans doute, la situation est grave, la dernière représentante d'une droite modérée, humaine, et économiquement réaliste a subit un lourd revers lors de la dernière élection... »

    Rassurée qu'il ne soit pas question de ses consommations hallucinogènes illicites, Mélanie s'affaissa un peu dans le fauteuil et posa sa joue dans le creux de sa main pour écouter la suite du discours maternel.

  • « Alors voilà, nous avons décidé que la famille devait participer au recouvrement des frais de campagne de notre malheureuse candidate, et donc nous allons utiliser l'argent de ton PEL pour lui faire un don conséquent... »

    Se redressant brutalement comme sous l'effet d'une décharge électrique, Mélanie s'exclama :

  • « Pardon ? C'est une blague ? »

  • « Pas du tout mon cœur, au contraire, c'est très sérieux et très important... Tu aurais entendu son appel, c'était déchirant... »

  • « D'accord, mais pourquoi ne pas utiliser vos économies à vous ? 

  • « Disons que nous manquons de liquidités en ce moment, ton père ayant, comment dire, excessivement investi dans la nouvelle crypto-monnaie guatémaltèque qui s'est finalement avérée moins performante que prévue... »

  • « Et donc vous voulez me piquer mon pognon... »

  • « Non, nous voulons utiliser l'argent que nous avions mis de côté à ton nom pour soutenir une femme fière et courageuse qui a porté haut l'étendard de nos valeurs... »

  • -« Nos valeurs ? »

  • « Celles de la droite républicaine, libérale et sociale ! »

  • « Ca ne veut rigoureusement rien dire... « 

  • « Ha, ne commence pas à faire du mauvais esprit... De toute façon, tu es mineure, tu n'as pas ton mot à dire et tu devrais même être heureuse d'apporter ton écot au grand élan de solidarité pour sauver de la ruine la digne héritière du Général ! »

  • « Quel général ? »

  • « De Gaulle voyons... Mais tu apprends quoi à Sainte-Thérèse du Chesnay ? »

  • « Pas à me faire dépouiller par mes propres parents en tout cas... »

  • « Ecoute, nous te demandons juste de faire un petit effort pour une noble cause... »

  •  « Des efforts pour des « nobles causes » j'en fais... Je suis déjà obligée de partager ma chambre avec Bamboula, un sénégalais de 15 ans qui a l'air d'en avoir 40... »

  • « Maboula ! Il s'appelle Maboula ! Et il n'est pas sénégalais mais malien ! Et je ne te permets pas de mettre en doute sa parole quant à son état civil... Ce sont les souffrances et les malheurs qui l'ont fait mûrir précocement ! Et c'est notre devoir, à nous privilégiés, de tenter de lui faire oublier ces difficultés et de lui donner une seconde chance !»

  • « Et le fait qu'il essaye de m'enculer un soir sur deux, ça fait partie du package « humanitaire » ? »

  • « Mélanie, surveille ton langage ! De toute façon c'est totalement impossible, Maboula est homosexuel. C'est d'ailleurs pour cela qu'il a dû quitter son pays où il était persécuté en raison de cette orientation... »

  • « Ha ok, ben ça explique son goût pour la sodomie alors... »

  • « Maintenant ça suffit ! Je dois te dire que ton étroitesse d'esprit et ton égoïsme me déçoivent beaucoup ! »

  • « Oui, et bien, tu n'as rien vu encore, parce que si ça continue comme ça, moi je vais finir par passer à l'extrême-droite... »

  • « Tu n'envisages tout de même pas de rejoindre Nicolas Dupont-Aignan?! »

  • « Pire... »

  • « Pire...Quand même pas.... »

  • « Si, si... l'autre blonde ! »

  • « Ha non, ne dis pas des horreurs pareilles ! Comment oses-tu ? Et face au portrait du grand résistant que fût bon-papa ! »

  • « Papy, résistant ? Il n'était pas magistrat sous Pétain ? »

  • « Si.. un peu... mais il a surtout ensuite fait fusiller plein de collabos ! Mais ne change pas de sujet de conversation... Tu es odieuse ce soir, va dans ta chambre ? »

  • « Fumer un joint avec Bamboula ? D'accord. »

  • « Maboula !  Son nom est Maboula !»

Mélanie quitta la pièce en faisant violemment claquer la porte, sa mère s'effondra dans le canapé. C'est alors qu'elle se souvint de la présence de son mari dont elle chercha fébrilement le regard afin d'y trouver un peu de soutien et de réconfort. Las, le patriarche était plongé depuis de longues minutes déjà dans une frénétique partie de Candy crush sur son Iphone 28.

Voir les commentaires

Disney et Mac Donald's, symboles de l'hypocrisie capitaliste

18 Juin 2022, 19:14pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Disney et McDonald’s font partie des plus grandes entreprises du monde. Présentes sur toute la planète, symboles du libéralisme triomphant pour certains, elles incarnent également l’hégémonie culturelle américaine qui arase progressivement les différences et la (vraie) diversité.

Par ailleurs, ces sociétés tentaculaires se targuent aussi d’éthique, « d’engagement citoyen » et de morale mais dans une optique aussi univoque que biaisée, celle qui colle au plus près à l’air du temps : la promotion des « minorités », ethniques ou sexuelles, le « wokisme », « l’antiracisme » obsessionnel, et le « green washing » pseudo-écolo… Deux annonces récentes viennent toutefois remettre quelque peu les pendules à l’heure et rappeler qu’au-delà des discours conformistes et pontifiants la seule raison d’être de ces multinationales est de faire des profits, toujours plus de profits, par n’importe quels moyens. Tout le reste n’est qu’un sympathique concert de flûte pour gogos décérébrés.

C’est tout d’abord le géant de la malbouffe qui a accepté de payer 1,25 milliard d’euros (oui, oui, il s’agit bien de milliard !) pour éviter des poursuites en France pour évasion fiscale sur une période allant de 2009 à 2020. Cette transaction est le résultat d’une « convention judiciaire d’intérêt public » conclue avec le parquet national financier (PNF). La société américaine, sans honte, s’est félicitée de l’heureuse conclusion du litige, « sans reconnaissance de faute » et a assuré « tout mettre en œuvre pour se conformer aux lois » (mieux vaut tard que jamais…). Contrairement à l’assertion de McDonald’s, cet accord financier est au contraire bel est bien une reconnaissance tacite des magouilles fiscales de l’entreprise car si elle accepte de verser une somme aussi colossale c’est que ses pratiques « d’optimisation » (évasion) lui ont permis d’en détourner d’encore plus faramineuses. La justice française avait d’ailleurs clairement établi que la société avait diminué artificiellement ses bénéfices en France par le biais de « redevances » payées par les restaurants à la maison mère européenne installée comme il se doit au Luxembourg. Une fois encore, « Ronald McDonald’s » révèle son véritable visage, celui d’un ogre jamais rassasié de billets verts.

Autre exemple de rapacité capitaliste, Disney va proposer, en juillet 2023, un tour de ses 12 parcs d’attractions en jet privé. Coût de la balade : 110 000 dollars pour chacun des 75 « fans » concernés. Aucune remise n’est consentie pour les enfants, les passagers doivent être âgés d’au moins douze ans et les billets d’avion pour se rendre au départ de Los Angeles et pour le retour depuis Orlando ne sont pas inclus. Finies donc les préoccupations écologiques, les fictions larmoyantes prônant « l’égalité » et le « souci du climat », place aux choses sérieuses : la publicité et les gros sous !

Ces deux actualités sont l’occasion de rappeler une fois encore que ces gigantesques multinationales ne sont pas idéologiquement neutres. Malgré leurs oripeaux ludiques, elles véhiculent une vision du monde (mondialisme, matérialisme, ultralibéralisme, uniformisation…) opposée à la nôtre et les boycotter est un impératif de cohérence minimale. •

Xavier Eman in Journal Présent 

Voir les commentaires

Nouvelle alerte au flicage !

17 Juin 2022, 11:04am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Chaque jour, sous couvert d’améliorer notre « sécurité », nous gravissons allègrement, et sans réelle contestation, de nouveaux paliers dans l’encadrement de nos existences par un réseau de dispositifs de surveillance et de contrôle au maillage de plus en plus dense et serré. Mais ne vous inquiétez pas, c’est pour notre bien !

Ainsi, on apprend aujourd’hui la mise en place, d’ici à la fin du mois, d’un dispositif appelé « FR-Alert » qui sera déployé sur l’ensemble du territoire français et est censé permettre aux autorités d’avertir d’un danger imminent en envoyant en quelques secondes des notifications sur tous les téléphones situés dans la zone concernée. Une catastrophe naturelle, un attentat, un accident industriel… vous serez donc bientôt au courant de tout, en temps réel, afin de pouvoir réagir et vous adapter à la situation même si, face à un ouragan ou un terroriste armé, ces messages d’alerte vous feront certainement une bien belle jambe.

Fonctionnant grâce à une technologie dite « de diffusion cellulaire » (cell broadcast), ce système enverra en quelques secondes une notification écrite accompagnée d’une sonnerie stridente vers tous les téléphones portables présents dans la zone concernée par le danger. Un peu comme ces messages que vous recevez peut-être déjà de votre mutuelle ou de votre assurance et qui vous invitent à vous mettre à l’abri quand il pleut ou à vous hydrater en cas de canicule. Au-delà de l’aspect infantilisant de ce maternage institutionnel, la nouvelle application FR-Alert est particulièrement inquiétante puisqu’elle induit une géolocalisation permanente de tous les possesseurs de téléphone. En effet, pour pouvoir vous prévenir à tout instant d’un quelconque danger, l’Etat doit tout le temps savoir où vous êtes. Vous serez donc continuellement « tracé » comme dans tout bon film de science-fiction dénonçant les dérives d’un système totalitaire. Sauf que, cette fois, c’est bel et bien la réalité. « Peu importe, si on n’a rien à se reprocher ! », rétorqueront peut-être les naïfs, oubliant que, d’une part, c’est justement parce qu’on n’a rien à se reprocher qu’il est intolérable de vivre comme un prisonnier de droit commun surveillé nuit et jour, et que, d’autre part, dans un pays où l’Etat est de plus en plus ouvertement l’ennemi de son peuple, on peut très vite et très facilement se retrouver dans une situation qui lui déplaise et qu’il viendra justement nous « reprocher ». « N’étiez-vous pas, monsieur Durand, tel jour à telle heure sur les Champs-Elysées, alors que s’y déroulait une manifestation des Gilets jaunes ? C’est très mal ça, monsieur Durand, vous êtes un factieux… Comprenez que, dans de telles conditions, nous nous voyons contraints d’engager un petit contrôle fiscal ainsi qu’une enquête sociale sur la façon dont vous élevez vos enfants… »

Cette accentuation du contrôle généralisé est d’autant plus inacceptable que son efficacité en matière de sécurité est nulle ou quasi nulle. Jamais la délinquance et la violence n’ont été plus omniprésentes malgré la multiplication des systèmes de vidéosurveillance et autres technologies de fichage et de flicage. Cela n’a rien d’étonnant car ce n’est en aucun cas avec des gadgets techniques que l’on peut éradiquer un phénomène social tel que la criminalité, mais bien par une volonté et des actes politiques forts et courageux, en mettant fin notamment à la culture de l’excuse et au laxisme judiciaire. Et pas en conduisant peu à peu les Français à vivre dans une sorte de gigantesque espace concentrationnaire digne du modèle chinois. 

 

Xavier Eman in journal Présent 

Voir les commentaires

Américanisation, partie 3 - La France, paradis du fast-food?

1 Juin 2022, 11:09am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires