Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
A moy que chault!

Jurassic Park

23 Juin 2018, 19:12pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Je me remémore les amis de mon père, aujourd'hui presque tous décédés, et ne peux m'empêcher de penser qu'une certaine race d'hommes a disparu.

Ils avaient tous des grandes paluches, des épaules solides, des rires francs et des gueules si typiquement françaises. Ils ressemblaient aux seconds ou troisièmes rôles des films de de Duvivier ou d'Audiard. Ils s'appelaient Tony, Loulou, Pierret, Jean, Henri... Ils vendaient des vélos, des chevaux, étaient fonctionnaire à la poste, plombier, assureur ou bistrot. Ils avaient tous fait au moins une guerre, grande ou petite, pas toujours dans le même camp. Ils débattaient, s'énervaient, s'engueulaient, commentaient le rugby ou le Tour de France avec la même verve et la même emphase que les dernières élections, buvaient des coups et jouaient à la belote. Ils étaient de leur pays, par la race, par le savoir, par l'accent, par l'amour... Ils connaissaient la liste des rois de France et des départements, des poèmes et des chansons par cœur. Ils n'étaient ni très riches, ni très glorieux, mais travailleurs et dévoués à leur métier, à leur famille. Et tellement drôles et regorgeant d'anecdotes que, lorsque j'étais enfant, je ne connaissais pas de spectacle plus passionnant et divertissant que de braver les horaires maternels de coucher pour les écouter encore et encore... Même en sachant qu'ils mentaient parfois partiellement ou enjolivaient un peu... Et même si à certaines occasions, je m'ennuyais ou ne comprenais pas tout, apercevoir le bonheur que suscitait dans leur yeux le fait qu'un gamin s'intéresse à leurs vieilles histoires me suffisait. Je les respectais et les admirais. Ainsi, grâce à eux, ai-je vécu, presque charnellement, la campagne de France, l'exode, l'occupation, la résistance, le marché noir, l'épuration, la guerre d'Indochine et celle d'Algérie, mais aussi le marché aux boeufs de Brive-la-Gaillarde, les bagarres après le derby Aurillac-Clermont, l'arrivée de la télévision, les coucheries de la mère Josette, la fuite pour escroquerie du notaire du Mauriac, le dernier tour de chants de Fernandel, l'ouverture du premier Uniprix, la révolte de Poujade...

Ce sont eux mes français, ce sont eux ma France. Ils n'ont rien à voir avec les gens que je croise tous les jours dans le métro. Je n'ai, moi aussi, plus grande chose à voir avec eux, si ce n'est des souvenirs.

Voir les commentaires

Il faut sauver le soldat Présent!

6 Juin 2018, 21:07pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Lorsque l'on évoque la quotidien Présent avec des gens « du milieu » qui ne sont pas des fidèles lecteurs de ce titre historique du combat national, on est souvent confronté à un certain nombre de reproches, de critiques, quand ce n'est pas un simple désintérêt vaguement blasé... Toujours trop ceci et pas assez cela... Trop catho pour les uns, pas assez pour d'autres... Trop vieillot, trop réac, trop droitard, pas assez fun, pas assez radical, pas assez (ou trop) FN… Toutes ces critiques, je veux bien les entendre, certaines ne sont pas totalement infondées... J'ai moi-même encore un peu sur l'estomac la « une » hagiographique pour le décès de Serge Dassault ou certaines diatribes demandant presque la pendaison immédiate de tous les « fichés S » alors que certains camarades « bénéficient » eux-aussi de ce traitement administrativo-policier pour des raisons qui n'ont bien évidemment rien à voir avec le djihadisme islamiste. Ceci étant dit, outre le fait que ces critiques sont très souvent exprimées par des gens qui n'ont pas acheté -et encore moins lu – un numéro de Présent depuis fort longtemps, j'inverserais pour ma part la problématique et poserais les questions suivantes : Quel est le seul quotidien qui donne la parole au Bastion Social, fait sa couverture sur une action de Génération Identitaire ? Où peut-on trouver les recensions des livres de Bernard Lugan, Alain de Benoist ou Reynald Sécher, des chroniques de musique Country et les annonces des soirées Livr'arbitres ? Qui rend hommage à Jean Mabire ? Qui parle encore de la vie des Saints qui rythme notre calendrier ? Qui interroge encore des ecclésiastiques de la Tradition? Qui, dans le paysage médiatique, s'affiche fièrement, dans tous les kiosques, patriote, identitaire et catholique ?

Alors oui, bien sûr, Présent est imparfait, comme toute aventure intellectuelle, politique et humaine, il ne correspondra jamais à 100% de nos choix, de nos convictions, de nos aspirations - parce qu'il un quotidien national, éclectique et divers, rédigé par des hommes et des femmes qui n'ont heureusement pas un profil unique – mais il reste un îlot de liberté et d'indépendance dans le marais crapoteux de la presse aux ordres, unanime, moutonnière et insipide, grassement stipendiée par les milliardaires affairisto-mondialistes.

Le journal de nos rêves, libre à nous de le créer, de le lancer, mais en attendant, écartons déjà le cauchemar que serait la disparition de Présent. Car si Présent s'éteint, c'est, face à l'immense et tonitruant orchestre de la bien-pensance et du politiquement correct, une petite musique de résistance et de dissidence qui disparaît. Elle sont fort rares aujourd'hui et de ce fait d'autant plus précieuses.

Donc, par l'abonnement, le don ou la publicité, soutenons et aidons Présent. C'est un acte simple mais important à poser. Ici et maintenant.

 

Voir les commentaires