Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
A moy que chault!

Ne plus débattre.

30 Janvier 2015, 18:40pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Ce qui est terrible ce n'est pas tant d'être en désaccord avec quelqu'un que de se rendre compte qu'on ne parle plus le même langage que lui, qu'on n'habite plus le même monde, intellectuel et physique, qu'un mot identique dans votre bouche et la sienne n'a pas le même sens et qu'il ne l'aura jamais. Peu importe alors qui a raison ou tort, on est étrangers, irréconciliables, percevant une même réalité mais l'interprétant si radicalement différemment que tous les débats, tous les palabres sont inutiles. Trop de mots, trop de salive, qui ne servent à rien sinon au plaisir de s'écouter.

Voir les commentaires

Le premier qui aime perd.

30 Janvier 2015, 18:38pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Si l'amour est un combat, il diffère au moins de la bagarre de rue sur un point essentiel. Dans la confrontation urbaine il est impérieux de frapper le premier, en amour il convient au contraire d'esquiver, d'attendre, de laisser venir. C'est l'art de l'évitement, de l'esquive. Laisser l'autre s'épuiser, donc se découvrir, pour le tenir ensuite à sa merci et le piétiner. Il n'y a pas de relation amoureuse duale sans hiérarchie et celui qui ne veut pas trop souffrir doit être celui qui aime un peu moins, ou, dans le pire des cas, qui feint le mieux de moins aimer. Cela autorise ensuite ces éternels discours post-relation : « Il (Elle) était dingue de moi, de mon côté je l'aimais bien... », « Il (Elle) était carrément plus impliqué(e) » ou « Je me demande bien ce que je faisais avec lui (elle)... », propos un peu misérables bien sûr, assez indignes, évidemment, mais tellement réconfortants pour l'ego et plaisants pour l'image sociale (à condition d'être entouré de crétins complaisants et de fats intéressés, ce qui est généralement le cas...). L'amour est une guerre de positions où celui qui part prématurément à l'assaut est immanquablement fauché par la mitrailleuse lourde de la déception, du quotidien et de la banalisation.

Pour espérer être aimé, il faut être perpétuellement désiré, et donc feindre éternellement la distance, la semi-indifférence, le désintérêt voir un vague mépris plus ou moins hautain.

Voir les commentaires

Ploucs à pognon

27 Janvier 2015, 20:10pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Les bourgeois ont réussi ce considérable exploit de passer, dans le domaine de l'Art de des Lettres, de la glorification de l'académisme au snobisme de l'avant-garde avec toujours la même morgue, la même prétention, la même absence de nuance et de mesure, les mêmes certitudes fièrement moutonnières... Leurs bêlements admiratifs pour les uns ou pour les autres, si contradictoires puissent-ils paraître, n'ayant finalement pour seul et unique but de tenter de camoufler le mieux possible cette écrasante fatalité : leur absolue absence de goût.

Voir les commentaires

Saïgon

27 Janvier 2015, 00:50am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires

Touchez ma bosse...

27 Janvier 2015, 00:40am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Elle était malade. Encore une fois. Comme toujours. La maladie était devenue sa façon d'être, son moyen d'expression, sa spécificité. Elle était malade et gémissante depuis maintenant des lustres. La litanie de ses statuts facebook faisant part au monde de ses affres quotidiens n'étaient désormais plus « likés » que par quelques compatissants forcenés qui s'obstinaient à faire cet improbable effort de solidarité. Le devoir, vous comprenez. Elle souffrait de l'une de ces maladies modernes qu'aucun médecin n'était parvenu à diagnostiquer mais que personne ne remettait en cause– la parole du douloureux est sacré -, un truc rare et orphelin sans doute, à base de maux de tête, de vertiges et d'incapacité à se lever le matin. Quelque chose dont était sûrement responsable son père trop absent ou sa mère trop présente, ou peut-être les odieux attouchements d'oncle Gérard qui lui avait caressé la cuisse au bord de la piscine familiale le 3 août 1990... Enfin un truc lourd quoi, un truc qui l'empêchait de travailler, bien sûr, et aussi d'être aimable et agréable avec qui que ce soit, à commencer par son mari, le pauvre con qui « ne comprenait rien » et qui, à défaut de sensibilité psychologico-pyschanalytique, se tapait l'ensemble des tâches familiales et ménagères en plus de son boulot de cadre informatique. Car même faire cuire 5 œufs au plat pour son époux et sa progéniture était un effort trop immense, un pénibilité bien trop atroce dans son état de somatisation végétative. Les seules choses qu'elles trouvaient encore la force de faire était regarder des séries télévisées sur Nettfix, lire des magazines féminins et palabrer avec des mecs sur les réseaux sociaux. Il y a pour toutes, toujours, une clientèle de morts la faim, même pour les cancéreuses en phase terminale, ce qu'on aurait pu croire qu'elle était lorsqu'on l'écoutait, avant d'apprendre qu'elle partait « quinze jours aux Antilles » pour « faire le point et essayer de récupérer ». Sans son mari et ses enfants, ce qui « était franchement super dur » mais « carrément préférable dans son état ».

Voir les commentaires

Hommage

26 Janvier 2015, 23:49pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires

L'essentiel

25 Janvier 2015, 15:37pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

« Du moment que vous n'élevez aucune objection contre l'excellence du régime parlementaire, les « droits de l'homme » tels que les conçoivent leurs défenseurs officiels, l'ignominie absolue de Mussolini et d'Hitler, les « réparations » dues au Tiers Monde, l'élévation du niveau de vie, le caractère sacré de la majorité, dans tous les domaines, la culture intellectuelle pour tous, la légitimité de la « Résistance » armée, le « bloc » de la Révolution française, la pureté de l'enfance et la générosité de la jeunesse, l'infaillibilité de la science et surtout l'égalité des races, vous pouvez être gaulliste, démocrate chrétien, socialiste, communiste, anarchiste ou libéral, radical ou trotzkiste, ce n'est plus qu'une affaire de polémique journalistique et de luttes électorales. Respectant les tabous essentiels, innommés, sous-entendus, vous demeurez sans l'ordre bourgeois, même si vous réclamez la dictature du prolétariat et l'expropriation sans indemnités des patrons, le bachot pour tous, le droite de vote aux esclaves. »

Robert Poulet, « J'accuse la bourgeoisie », Editions Copernic.

Voir les commentaires

Niveau zéro

25 Janvier 2015, 01:02am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Le vieille tantouze germanopratine Tesson qui appelait à "fusiller Dieudonné" devient un héros de la "liberté d'expression" dès lors qu'il dit que ce sont "les musulmans qui viennent foutre la merde".. Mais c'est quoi ce monde de débiles et de girouettes?

En est-on vraiment réduit à défendre n'importe quelle salope, n'importe quel guignol, à partir du moment où il fait une déclaration plus ou moins "anti muzz"? Misère...

Voir les commentaires

Les fats

23 Janvier 2015, 01:16am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Celui qui rit aux dépends d'un imbécile, d'un simple ou d'un idiot, se jouant volontairement de lui, est peut-être le type humain qui me dégoûte le plus. Ces quarts de lettrés qui instrumentalisent leur vernis de culture – généralement reçu au berceau conjointement à la timbale en argent et à l'assurance-vie de bonne maman – pour étaler leur suffisance, prétendre à une connivence de l'esprit avec d'autres guignols du même acabit, usent des trois citations et des quatre références qu'ils maîtrisent pour rehausser leur minable existence de paons de basse-cours et de coureurs de cocktails, constituent sans doute la lie la plus abjecte de l'époque. Inutiles et hautains, méchants et vaniteux, ils n'envisagent le « savoir » que comme un moyen de nourrir leurs egos maladifs et de se distinguer d'une plèbe dont ils partagent sinon tous les comportements, les vices et les petitesses. Mais les merdes restent des merdes, même après s'être absorbées toute la Pléiade.

Voir les commentaires

Tout est relatif...

23 Janvier 2015, 00:29am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

- "Oh putain, les mecs c'est trop des bouffons, il essayent de faire des Pegida à Montauban... ridicule..."

- "Ha bon? Mais vous, vous n'aviez pas fait venir l'EDL à Dijon?"

- "Attends, carrément rien à voir..."

- "Ok."

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>