Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
A moy que chault!

Réussite

29 Novembre 2015, 21:05pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Etat d'urgence, extension des pouvoirs de police, armée dans la rue, circulation interdite dans la Capitale, surveillance généralisée, contrôle d'internet, militants écologistes préventivement assignés à résidence... elle a vraiment une chouette gueule la "démocratie" qu'ils nous vendent depuis 60 ans pour "faire barrage au fascisme"...

Voir les commentaires

Ivresse

29 Novembre 2015, 20:52pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Il est beaucoup plus drôle d'être bourré en journée que le soir ou la nuit, choses d'une terrible et confondante banalité.

Voir les commentaires

Fils de...

28 Novembre 2015, 02:19am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Pour être véritablement révolutionnaire, il faut être déclassé. Non pas par ressentiment, aigreur et volonté de reconquérir une position perdue, mais parce que c'est le seul moyen de concilier exigences éthiques et morales fruit d'un héritage et d'une éducation et conscience des réalités économiques et sociales.

Voir les commentaires

« Tous unis contre les flics et les tuniques bleues ! » qu'ils disaient...

25 Novembre 2015, 23:13pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Les « Béruriers noirs » groupe mythique du « rock alternatif français », symbole de la musique rebelle et engagée des années 80, ont cru bon de se reformer pour enregistrer un titre unique en réaction aux attentats parisiens de "Charlie Hebdo" et du 13 Novembre et en hommage à leurs victimes. A défaut d’une révolution musicale – trois accords sont largement suffisants pour faire de la bonne musique – on pouvait naïvement s’attendre à un de ces brûlots violents, sombres et transgressifs qui ont fait leur légende. Las, il semblerait qu’ils aient fait appel, pour la rédaction des paroles, à une association Benjamin Biolay/Damien Saez et que leur cible ne soit plus désormais les redskins, les zoulous, les toxs et les cramés de tous poils mais les siroteurs de cocktails du boboland parisien. Résultat, une bluette si insipide qu’elle frôle le ridicule et qui leur vaudra peut-être une invitation au prochain concert des « Enfoirés ». On connaissait les ex-soixanthuitards devenus publicitaires ou banquiers, on a maintenant les ex-punks anarchistes devenus douairières du politiquement correct et des bons sentiments, sortes d’Yves Duteil pour lecteurs de Libé. La guerre, c’est mal et les victimes sont des gentils innocents qui ne méritaient vraiment pas ça. Merci beaucoup, ce n’était pas franchement la peine de revenir pour si peu. De « Fils de… » à « Petit agité » en passant par « Ibrahim » et « Lobotomie », nos souvenirs avaient au moins une autre saveur et une autre gueule. La vieillesse est définitivement un naufrage… "Lève le crayon de l'espérance!", peut-être, mais avant, surtout, n'oublie pas, s'il-te-plaît, de couper définitivement ton ampli.

Voir les commentaires

Marciare

25 Novembre 2015, 00:14am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires

La route

25 Novembre 2015, 00:05am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Tout à coup, tout devient sec, froid, glaçant. Le monde déjà depuis longtemps en ruines s’effondre une fois encore. Tout craque. Plus aucune force pour rassembler quelques dérisoires débris dans l’espoir d’une future reconstruction. On y croyait un peu, on n’y croit plus du tout. Fragilité endémique. Maladie de l’époque. On se voudrait guéri par le temps, par la solitude, par l’intelligence, par le cynisme, par la fuite… Pourtant tout dépend encore d’un sourire, d’une parole, d’une caresse…. Tuer, être tué, se tuer, peu importe… Juste lire du désir et de l’admiration dans le regard aimé. Eternels mendiants. Veilleuses, flambeaux et brasiers ne peuvent être allumés que par cette main qui glisse dans la nôtre et que l’on est jamais sûr de pouvoir retenir. Dépendance sublime et douloureuse, qui condamne et justifie tout.

Tout à coup, tout devient doux, sapide, brûlant. Le monde dévasté renaît de ses cendres. Tout refleurit. Les muscles atrophiés reprennent leur glorieuse vigueur. Les premières pierres de futurs palais sont assemblées dans leur orgueilleuse humilité. Tous les futurs combats paraissent des escarmouches. Des ongles complices ont griffé votre peau et un souffle chaud a parcouru votre nuque…

Voir les commentaires

Jean Moulin fête le Beaujolais nouveau...

24 Novembre 2015, 23:34pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Je suis un ancien combattant de la résistance en terrasse. 25 ans de bistrot et pas une seule médaille. Ingratitude de l'époque.

Voir les commentaires

Question marketing

21 Novembre 2015, 22:29pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

La mode consistant, pour les hebdomadaires, à publier, en fin de chaque numéro, un « cahier » censé être « le coin des idées et des débats », le lieu hautement « incorrect », l’élément top rebelle et méga transgressif, n’est-elle pas l’aveu, en creux, que tout le reste de la pagination n’est qu’une vaste fontaine de pisse tiède ? Et quand, en plus, le dit cahier se révèle d’un niveau de radicalité, d’originalité et de courage à peu près équivalent à celui du bulletin interne de l’amicale des anciens de l’association de bridge de Saint-Cloud, on passe aisément de l’idée de pisse tiède à celle de caca mou…

Voir les commentaires

Le miracle de l'amitié

20 Novembre 2015, 23:10pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

"Je voudrais écrire sur la grandeur mais à qui écrire? On n'écrit pas pour soi. Ceux qui l'ont dit nous trompent. On écrit comme on crie, pour entendre d'autres voix. Je n'ai pas de talent. Je n'en ai plus. Je ne sais plus assembler des mots, entrechoquer des images, draper des phrases. Je suis nu, sec, seul. Et dans cette arène déserte... Encore une image, j'y renonce. Et jamais plus qu'aujourd'hui je n'ai eu envie de confesser mon mal, de mendier, de ne pas me taire.

Que dire? Je voudrais que l'on m'expliquer une fois pour toutes ce qu'est la grandeur, en quoi elle consiste. Moi qui ne fais rien de plus que les autres hommes, je suis dévoré par la grandeur. Impossible de tourner le dois une fois pour toutes à la vie héroïque."

André Fraigneau, "Val de Grâce".

Voir les commentaires

Ce soir

20 Novembre 2015, 11:11am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires

1 2 > >>