Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
A moy que chault!

Vivre

18 Avril 2020, 00:24am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

La pandémie du Covid-19 nous rappelle, avec une fracassante âpreté, que nous pouvons mourir demain, que c'est peut-être injuste mais que c'est comme ça. Ni plus ni moins que hier d'ailleurs, où nous pouvions glisser dans notre salle de bain ( 20 000 morts par an d'accidents domestiques...) ou périr d'une rupture d'anévrisme, sans cause, sans raison, sans « culpabilité» de qui que ce soit. La vie est ténue, fragile et éphémère. Elle ne vaut donc pas par sa longévité, incontrôlable, ni par l'espérance de se donner les moyens – aléatoires - de la prolonger au maximum, mais par son épaisseur, par sa nature, par sa densité, par son intensité, par son sens... Cela nous rappelle – et combien de façon impérieuse ! - qu'il ne faut pas reporter les projets, enterrer les vocations, repousser les combats, les marques d'affection, les preuves ou déclarations d'amour, qu'il ne faut faut pas « attendre le bon moment  pour », mais faire les choses, les dire, les expérimenter, les hurler, qu'il ne faut pas croire au rassurant confort ni à la protection de l'habitude, mais garder à l'esprit que tout est précaire, que tout se joue sur le fil... Il faut tout donner, ici et maintenant, car demain est un possible, pas une certitude... Il faut prier, chanter, aimer, s'enivrer, construire, se battre, rugir, mordre, griffer ou caresser dans l'instant qui nous est offert... Tous les calculs sont futiles et vains, puisque ce n'est pas nous qui décidons de l'addition. Nous ne sommes pas une accumulation d'années passées sur terre, nous sommes ce que nous créons, ce que nous transmettons, ce que nous ressentons, ce que nous construisons, ce que nous produisons, ce que nous incarnons...

Que vaut une vie « confinée » ? Elle n'est plus que survie. Contre le confinement : l'explosion ! L'explosion des sens, des idées, des envies, des risques, des luxures, des excès, des choix, des affirmations, des refus, des violences, des espérances et des brasiers !

Quitte a à perdre sa vie, autant avoir vécu.

Voir les commentaires

L'économie légionnaire

7 Avril 2020, 21:10pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Nouvelle émission de "Radio Paris Vox" sur Méridien Zéro

 

 

Voir les commentaires

Eloge de Patrick W.

6 Avril 2020, 23:49pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

En ces temps sanitairement incertains, il n'est pas bon de reporter l'expression de ses sentiments amicaux, reconnaissants ou admiratifs... J'ai toujours pensé – et je crois m'être un peu employé à incarner cette idée – qu'il était important de ne pas attendre les enterrements et les tombeaux pour exprimer ses inclinaisons, ses affections, ses affinités, tout autant que ses détestations, ses haines et ses dégoûts. Il faut affirmer sa pensée à l'heure où ceux à qui elle est destinée, amis ou ennemis, sont encore là pour l' entendre. Les crachats sur les tombes n'ont pas plus d'utilité que les pluies de roses.

La pudeur des hommes les empêchent souvent de se dire les choses, qu'ils puissent au moins les écrire.

Je connais un homme qui tous les matins, à 6 heures, – en fait, il est vrai, deux matins sur quatre – enfile ses gants et son bleu de travail pour accomplir des tâches manuels et utilitaires. Durant sa journée de labeur, il fréquente des gens qui n'ont pas tous lu Chateaubriand, qui parlent fort et se tapent sur les côtes. Il boit des verres avec eux, s'amusent de leurs gauloiseries, en rajoute à son tour. Il est l'un d'entre eux. Il est aussi, par ailleurs, le créateur et l'animateur de ce qui est sans doute la meilleure, la plus riche et plus originale, revue littéraire française. Il ne fait partie d'aucune coterie, n'appartient à aucun salon, n'est invité nulle part, reconnu encore moins... Il n'écume ni le Café de Flore ni la Closerie des Lilas... Mais depuis des années, avec opiniâtreté et abnégation, il s'évertue à défendre farouchement la mémoire des grands noms de notre patrimoine littéraire et à en faire découvrir les jeunes pousses prometteuses... Sans jamais rien oublier, rien renier, de ce qu'il est, de ce en quoi il croit, de l'amour de son pays Messin à son admiration pour Jean-Marie Le Pen, avec l'ouverture d'esprit de ceux qui, justement, sont suffisamment solides sur leurs fondamentaux pour s'aventurer dans des terres inconnues... Son parcours n'est pas simplement incongru, il est improbable. C'est un être adorable et irritant, devenant autiste passé un certain degré d'alcool, un rêveur raisonnable, un pragmatique excessif, le meilleur des hôtes et le plus pénible des camarades à raccompagner tardivement d'un bar, persuadé qu'il est que son « destin » l'autorise à toutes les excentricités et toutes les provocations... C'est mon ami, et j'en suis drôlement fier.

Voir les commentaires

Fasciste?

5 Avril 2020, 16:53pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Pour répondre à la question lancée ici « Comment suis-je devenu fasciste », pour ma part, je ne l'ai jamais été... J'ai souhaité l'être, j'ai aspiré à l'être, espéré l'être, mais je ne l'ai jamais été. Si je l'avais été, je n'aurai pas supporté l'ignominie de cette époque, de cette société, je n'aurais pas accepté ces humiliations quotidiennes, cette médiocrité, cette laideur. Si je l'avais été, j'aurais sacrifié ma vie à cet idéal, j'aurai renoncé à tous les conforts, à toutes les facilités, pour essayer de me montrer digne de tous ceux qui ont soufferts et sont morts en son nom. Trop grande pour moi, trop digne pour n'être qu'un déguisement, je laisse la chemise noire à ceux qui l'ont maculée de leur sang.
Trop bien nourri, trop fatigué et trop lâche, je ne suis qu'un romantique reconnaissant, un mauvais fils admiratif, qui peut au moins travailler à ce qu'on ne crache pas trop sur ses glorieux anciens. C'est une tâche qui n'est pas inutile ni dérisoire. 
Mais suis-je fasciste ? Non. Seuls mes rêves le sont. 

Voir les commentaires

Radio Paris Vox

1 Avril 2020, 14:16pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Sur Méridien Zéro, l'émission des confinés qui ne veulent pas devenir des cons finis. (Copyright Almanach Vermot)

 

 

Voir les commentaires