Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
A moy que chault!

Jean Batailleur

4 Novembre 2014, 02:11am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires

Les ivrognes de Maulin à l'assaut du monde moderne

4 Novembre 2014, 01:47am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Que faire face à la fin, sinon du monde, du moins de notre société ? Lire Olivier Maulin et profiter des grands rires que suscite sa prose pour éviter de tomber dans la neurasthénie ou la dépression la plus noire.

Avec son dernier ouvrage, « Gueule de bois », Maulin nous offre une réjouissante et impitoyable autopsie de la société post-moderne. En nous arrimant aux basques de ses chers « perdants magnifiques », demi-soldes du journalisme précarisé, et en nous narrant leurs pérégrinations éthyliques, l'auteur en profite pour dézinguer toutes les fausses idoles du temps et ridiculiser les prétendues « élites » muées en fossoyeurs du « monde d'avant » , celui que le « retour des loups » viendra peut-être sauver.

Ces loups qui reviennent s'installer dans les campagnes françaises et avec lesquels le « lieutenant », improbable éleveur de chiens ami de l'anti-héros Pierre Laval, communique et qu'il entraîne à l'assaut d'une « maison de retraite », l'un de ces innombrables mouroirs où l'on se plaît désormais à abandonner les anciens devenus inutiles et improductifs, et dont il va libérer les résidents maltraités. Mais avant cette scène épique et picaresque en forme de rédemption vosgienne, les personnages vont écumer les troquets parisiens et les salons dorées des soirées « jet-set », où tentent de s'oublier le même ennui et la même vacuité. Voyage au bout de l'ivresse. Le phalanstère des bras-cassés face à l'ignominie du monde consuméristo-matérialiste et de sa nullité satisfaite.

«Alors, tu parles si on l'avait trouvée, la réponse : ferme ta gueule et allume TF1 ! Divertis-toi ! Variétoche, téléréalité, culture documentaire, art, subversion, film d'auteur, paire de loches, y'en a pour tous les goûts. Profite de la petite camisole sympa qu'on a concoctée exprès pour toi : travailler, dormir, regarder la TV, débrancher ton cerveau, elle est pas belle ta vie, crevard ? Les bombarder d'images, les abrutir, les réduire à des émotions de petits zenfants. Fini idées, esprit critique, « oui masi quand même », « vous êtes sûr que ? », « un truc qui cloche » : émotions ! La gueule ouverte devant le poste, les émotions ! La vrai, le faux, le bien, le mal ? Va chier ! »

Refermer un livre d'Olivier Maulin, c'est comme quitter une soirée entre copains, heureux du bon moment passé, un peu triste de la brièveté de celui-ci et impatient de remettre ça.

Xavier Eman (in revue Liv'arbitres)

« Gueule de bois », Olivier Maulin, Editions Denoël, 220p., 18 euros.

Voir les commentaires

Demain

4 Novembre 2014, 01:39am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Je ne suis même pas très sûr de vouloir assister au jour où Marine ou l'un de ses ersatz arrivera au pouvoir. Car se déclenchera alors un flot de ralliements, de reptations, d'allégeances serviles, de retournements de vestes, de conversions radicales et de passions soudaines finissant de me dégoûter du genre humain

De toute façon, nous serons sans doute alors en exil ou embastillés comme les phalangistes de José Antonio et Manuel Hédilla. Un premier chef assassiné par les rouges, le second condamné à mort et emprisonné par les nationaux-réactionnaires. Voilà ce qu'est un mouvement fasciste. On gagne sous son propre drapeau ou l'on disparaît.

Voir les commentaires

Soleil noir

3 Novembre 2014, 18:11pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires

Ainsi

3 Novembre 2014, 01:22am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

On espère des hasards mais il n'y a que de plates fatalités

Voir les commentaires

Neri a Milano

3 Novembre 2014, 00:43am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires

La faillite du double discours

3 Novembre 2014, 00:14am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Tant que les fascistes rougiront de ce nom, tant que les racialistes ne s'assumeront pas, tant que les nationaux-socialistes se déclareront démocrates-chrétiens, les caméras cachées auront de grands jours devant elles... La seule manière de lutter contre les manipulations et les pièges des journalistes, c'est d'être avant tout ce que l'on est, de l'affirmer, de l'assumer, d'en être fier, de ne pas porter de masques, de ne pas prétendre à des stratégies cousues de fil blanc, de ne pas se croire trop malins, trop roués, de ne pas tricher... Mettre les cartes sur table, on est d'accord ou pas, on peut trouver cela insupportable et atroce, mais on ne peut pas vous accuser d'être aussi menteur, tricheur, et falsificateur qu'un banal élu de l'UMP. Soit ce que tu défends est noble et digne et tu le revendiques et l'assumes, soit c'est laid, sordide et petit et cela doit être camouflé sous des discours médiatiques et publicitaires mensongers, et, dans ce cas, peut-être faut-il s'interroger sur le sens et la nature de ton combat. Si ton message a besoin d'être travesti, amputé, euphémisé, customisé pour être propagé c'est qu'il ne mérite pas d'être entendu.

Voir les commentaires

Notre Dame

1 Novembre 2014, 23:08pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Il fait beau à Paris. Les touristes rayonnent de satisfaction et même les garçons de café, pensant à la recette du soir, desserrent quelque peu les dents pour offrir exceptionnellement au monde bouleversé d'étonnement quelque chose qui ressemble à un sourire. Les jupes sont courtes, les robes légères, les démarches sautillantes ou nonchalantes, des talons claquent sur le trottoir, des rires explosent, c'est un temps à être heureux et son parfum s'introduit même dans les interstices des cœurs les plus fermés, les plus vaincus. On passe les ponts de la Seine sans avoir envie de s'en jeter, on remercie le ciel de pouvoir contempler sa clarté idyllique, on s'assoit sur un banc et on fixe intensément un point à l'horizon comme pour tenter d'immortaliser l'instant. On n'a plus envie de se battre, de hurler, de boire,d'expliquer, dé dénoncer, de débattre...on voudrait juste se fondre dans le paysage, devenir un pavé ou un lampadaire pour être définitivement un élément de ce décor unique et grandiose. On referme alors ses doigts contre sa paume, espérant y enserrer une main amie, mais même cette absence devient secondaire. On est seul mais on vit. Et c'est déjà beaucoup. Il fait beau à Paris.

Voir les commentaires

Toujours pareil

1 Novembre 2014, 21:35pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Marrant de voir les mêmes qui se scandalisaient de deux coups de gazeuses et trois matraquages à la Manif pour tous se mobiliser aujourd'hui derrière nos courageux gendarmes mobiles agressés par des vilains gauchistes krypto-terroristes. Pour le droit de la police à tirer à vue sur les manifestants de Sivens, signez la pétition: indécrottablesdroitardsàalacon.com

Voir les commentaires

Neri

1 Novembre 2014, 11:04am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

« Ils étaient fous et ils le savaient. La colère accumulée sous l'effet des tromperies, des morts et du dégoût face à la société dégueulasse qui les entourait, cette colère trempait leurs âmes. Dépositaires d'une foi absolue, ils étaient prêts à tout pour l'honorer, à une époque où personne ne renonçait à rien. Tout homme désirait un emploi, un salaire, une molle vie de famille. Eux affrontaient la mesquinerie de l'existence à visage découvert. Sachant qu'ils perdraient tout et indifférents à cette perte. »

Alberto Garlini, « Les noirs et les rouges », Gallimard.

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 40 50 60 61 62 63 64 > >>