Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
A moy que chault!

Replonger

11 Février 2015, 15:03pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Il n'est rien de plus efficace qu'une journée froide et ensoleillée passée dans les rues de Paris pour vous réconcilier avec le monde. Il suffit de marcher au hasard, exposé à toutes les embuscades de beauté et de poésie, et de garder constamment le regard au niveau du premier étage des maisons et immeubles, juste au dessus de la zone où commencent le grouillement et le pourrissement. Ne rien écouter, surtout, des palabres des passants et autres obsédés téléphoniques, juste ressentir.

Voir les commentaires

La, la, la

10 Février 2015, 09:40am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires

Crever

10 Février 2015, 00:38am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

« Tu pues la mort » me disait un bon camarade. Je lui aurais bien répondu « Et toi tu pues du cul » mais cela aurait peut-être semblé un peu court, un brin puéril. Or nous sommes des gens sérieux, des adultes, avec des bulletins de paye, des loyers et des mutuelles, des vacances au ski, des invitations à des salons et des projets déco, des trucs qui comptent... On a des choses à faire. Les courses et le ménage, bien sûr, mais pas seulement, il y a aussi le parrainage de la petite Aminda du Burkina Faso. Trois crayons de couleurs et deux photos pour s'acheter une bonne conscience, ce n'est quand même pas cher payé... Il faudrait vraiment être un enculé pour s'en priver. Enfin bref, des vies bien remplies. Avec même une petite pipe de temps en temps, si on sait bien négocier. Pas avec la jeune Aminda, hein, ne confondons pas tout ! Humanitarisme et pédophilie, rien à voir. Pour le plan à trois par contre, il faudra continuer à se branler sur Jacquie et Michel en rentrant du bureau... Les gens restent au fond très bourgeois. C'est une question de temporalité, de linéarité… 250 amants à la suite, ça va, mais deux ou trois en même temps c'est pervers, abject... Si tu ne comprends pas, va te faire soigner pauvre taré. De toute façon, ce n'est pas comme ça qu'on construira des « familles traditionnelles » qui incarneront les « valeurs éternelles » et soutiendront efficacement la croissance via les joies et mérites des écoles de commerce et des stages en entreprise. D'ailleurs, si on continue à ce rythme, ce sera bientôt la fin des chaussures bateaux et des balades en bord de mer le pull Saint James noué sur les épaules... Le dernier souffle de la civilisation. Défendons les ruines, les vestiges, les hypocrisies, les vieux tapis trop troués pour camoufler efficacement toutes les saloperies entassées ! Recherchons dans notre « plus longue mémoire» ce que nous sommes désormais incapables de créer, répétons, imitons, singeons ! Masturbons nous indéfiniment dans les cadavres de quelques écrivains fusillés ou suicidés, cette mort là nous excite tellement ! Nous aimons tant la mort lointaine et poétique des autres.

Et si tout ce théâtre, ces palinodies, ces simagrées vous font profondément chier, vous agressent et vous étouffent, vous puez alors la mort, une autre mort, la vraie, la peu glorieuse, la non-romantique, celle, froide, définitive et dégueulasse qui ne brûle pas dans le fracas fantasmé d'une Aston-martin ou dans la grisaille d'un petit matin filmé par Louis Malle...

Il est vrai que la mort, même celle là, ne m'horrifie qu'à l'idée de la peine qu'elle causera à mes parents, les deux seuls crétins bien obligés d'en souffrir et qui, en l'occurrence, n'ont vraiment rien fait pour mériter ça. Peut-être aurais-je dû entamer une psychanalyse pour pouvoir sereinement et confortablement haïr et mépriser mes géniteurs... Mais je n'ai pas eu cette folle audace. J'ai préféré rester le seul et unique responsable du désastre.

Voir les commentaires

Nouveau numéro de Livr'arbitres disponible.

8 Février 2015, 19:51pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Numéro 16 (Nouvelle série) de Livr'arbitres: Deux dossiers (André Fraigneau et La critique littéraire). Des contributions de Michel Mourlet, François Kasbi, Christopher Gérard, Alfred Eibel, Christian Dedet, Raphaël Sorin, Bernard Le Saux, Michel Marmin, Philippe d'Hugues, Bernard Leconte, Didier Dantal, Francis Bergeron, François Bousquet, P-L Moudenc, Thierry Marignac...

"Livr'arbitres"

chez Patrick Wagner

36 bis, rue Balard

75015 Paris

www.livr-arbitres.com

Nouveau numéro de Livr'arbitres  disponible.

Voir les commentaires

Le cimetière de Passy

8 Février 2015, 19:49pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

« Le cimetière de Passy n'est pas une nécropole ordinaire. Ceux qui reposent là, comme on dit, ne sont pas vraiment morts. Accrochés à des biens, à des honneurs, à des affections qui, tout au plus, ont consenti à prendre la forme et la dureté de la pierre, ils s'éternisent tout pourrissants dans un monde où jadis ils ont tenu leur place. Guère moins immobiles qu'à présent car c'étaient presque tous des gens riches, et la richesse pèse sur les êtres qu'elle accable, elle les oblige à faire figure ; or jamais on ne fit mieux figure que sous ces tombes chargées d'ornements ; dignes, opulentes, laides, bêtes et muettes comme une douairière dans un salon.

N'est-ce pas encore une espèce de salon bourgeois que cette assemblée de tableaux insipides et de meubles disparates entre lesquels le visiteur, se glissant dans les intervalles, cherche des âmes, des ombres. Elles sont absentes. Le cimetière de Passy est vivant à ras de terre, protégé par les vices et les vertus de la classe la moins disposée à mourir ; mais au dessus il n'y a rien. Pas de souvenir qui se traîne, pas de tristesse qui flotte. Un espace propre et neutre, à jamais interdit aux fantômes. Ils se le sont tenu pour dit. »

Robert Poulet, "J'accuse la bourgeoisie", Editions Copernic.

Voir les commentaires

Un bruit

5 Février 2015, 23:01pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Il y a des règles immuables comme celle qui fait que vos amis ne sont jamais là quand vous avez besoin d'eux et que vous n'êtes jamais disponible ou présent quand ils en auraient la nécessité. L'amitié, finalement, c'est boire des verres en faisant croire aux autres que tout va bien. C'est une forme de décence, au fond, ce qui n'est déjà pas si mal.

Voir les commentaires

Ainsi

5 Février 2015, 22:51pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

La seule certitude, la seule vérité, c'est la solitude.

Voir les commentaires

Ca ne nous rajeunit pas...

5 Février 2015, 22:49pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires

Rien

5 Février 2015, 22:46pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Plus ma foi chancelle, plus l'astre noir grandit. Géométrie immuable. La séduction du vide, du néant. S'il n'y a que ce monde, quelle misère ! Il faudrait être Sade, il faudrait être Gilles de Rais ou Dracula ! Sinon, qu'est-ce que ce cirque pitoyable et ridicule ? Se lever, gratter huit heures par jour, boire l'apéro, dormir, partir 15 jours en vacances, manger, chier... Reptiliens infects. Si l'on pense que notre existence se résume à ce bref passage terrestre, il faut jouir horriblement, tuer, haïr, dégueuler, déchirer, violer, anéantir...

Qui peut passer un seul jour dans un bureau s'il croit vraiment qu'il va mourir au bout de 60 ou 70 ans et que rien ne viendra après ? Si je suis mon seul juge, je choisis la délicieuse infamie.

Voir les commentaires

SM?

5 Février 2015, 18:10pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

La gueule en sang, deux dents en moins, l'anus défoncé par un plug géant et les amygdales baignant dans un mélange d'urine et de 5 foutres différents, Marie-Adeline pensait que dès sa sortie de l'hôpital, elle porterait plainte contre « 50 nuances de grey » pour publicité mensongère...

Voir les commentaires