Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
A moy que chault!

Les plaisirs simples de la vie

15 Avril 2015, 01:19am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

J'avoue que je ne m'en lasse pas... Surtout le côté crevures racistes névrosées qui se prennent pour Céline mais vivent pas dans le même monde que tout le monde... Du petit lait.

"

Tu connais Zentropa ? Non ? C’est un tort.

Zentropa, c’est un blog esthétisant d’extrême-droite, écrit dans un français parfait, avec des jolies images, moult liens vers tout ce que la fachosphère fait de plus « métapolitique » et un contenu éclectique à défaut d’être cohérent. C’est une sorte de base de donnée de la pensée d’extrême-droite contemporaine, qui permet de mieux connaître ce milieu de névrosés prétentieux qui pensent sérieusement être les derniers continuateurs de la civilisation européenne dans un monde tout décadent de partout et soumis au matérialisme cosmopolite atlantiste. C’est écrit par des gens qui lisent des vrais gros livres avec presque pas d’images, et qui vaquent à des occupations autrement plus intéressantes que de boire de la 8.6 dans un terrain vague en écoutant Legion 88, comme le premier con standard. C’est l’élite de l’avant-garde nationaliste/solidariste/catholique intégriste/identitaire/socialiste européenne, j’en passe et des plus masturbatoires, qui s’exprime dans un format à la fois agréable à lire et joli à regarder.

Bon, ne nous leurrons pas : Zentropa, c’est de la branlette. Ils ont beau avoir l’air d’être intelligents, ils expriment toujours les mêmes idées imbéciles sans contact avec le monde terrestre où vit le reste du monde. Sans même entrer dans le jugement éthique sur le fait qu’il s’agisse bien de crevures racistes, on ne peut que constater que les analyses fascistes ne valent rien, constituent une métaphysique bancale qui ne fonctionne que par rapport à des idéaux abstraits perdus là-haut, dans les nimbes, que le fascisme est une pensée religieuse qui n’est étayée par rien de concret, et qui ne saurait avoir de succès à long terme, puisque condamnée au rude choc avec la réalité matérielle (demandez à Mussolini). Cette analyse est confirmée par la lecture un peu attentive de Zentropa, certes, mais également de toute la prose fasciste existante : ces gens ont perdu pied et rêvent éveillés.

Mais la question n’est pas là. La question, c’est de savoir pourquoi Zentropa est réussi. Parce que, quoi qu’on puisse penser des idées exprimées (et dieu sait que j’en pense beaucoup de choses), il est indéniable que la forme constitue un succès certain.

Succès esthétique, déjà : on ne peut le nier, c’est très joli à voir. Le souci de la forme est poussé très loin, puisque l’extrême-droite radicale a bel bien compris que faire du beau, c’était faire du combat politique aussi. En réussissant à outrepasser le côté rationnel du lecteur, la forme permet de le convaincre plus facilement de ses idées. Et là, on n’est pas dans le bruit de bottes, ou dans le charme so thirties des jolis uniformes ou des drapeaux qui claquent au rythme de « Ich hatt’ einen Kameraden ». Non, non… On est dans le subtil, le contemporain, dans un effort graphique d’une modernité déconcertante qui véhicule le propos. La forme comme vecteur du fond, comme supplétif, même, à la faiblesse fondamentale dudit fond. Pour le coup, c’est foutument bien fait.

Succès du propos, ensuite : en ne s’interdisant rien, en frayant avec tout ce que l’extrême-droite compte de sectes ennemies (ça va de Troisième Voie, le machin pseudo rouge-brun de Serge Ayoub aux cathos intégristes du Cercle Sainte-Geneviève, en passant par les Identitaires et Casapound Italia), en récupérant même tout ce qu’il y a récupérer chez l’ennemi de gauche (citations d’auteurs de gauche, présentation chaque mois de la une de la Décroissance, oui, oui…), en écrivant des choses parfois pas dénuées d’humour (mais le plus souvent très chiantes : n’est pas Céline qui veut), le tout sans le moindre souci de cohérence. On est pas à l’extrême-gauche, là, on ne fait pas de la « pédagogie », ni de belles « démonstrations » logiques mais illisibles : on prend tout ce qu’il y a prendre dans tout ce qui peut être jugé réac’, antimondialiste, « anticonformiste », et on balance ça par gros paquets. A boire et à manger, ça plaira forcément à quelqu’un, et ça construit une forme de contre-culture essentielle à l’alimentation d’une idéologie et d’une vision du monde. C’est simple, mais ça a quelque chose de génial.

Succès d’audience, enfin. Il semblerait bien (je n’ai pas accès aux chiffres, mais je n’ai pas de mal à le croire) que Zentropa marche très bien, niveau nombre de visites quotidiennes. Ce petit blog de rien du tout, alimenté par quelques types disséminés çà et là, est devenu une référence incontournable à l’extrême-droite, et beaucoup de militants, sympathisants, ou simples curieux, y vont très régulièrement, y puisent ce qu’ils ont envie d’y puiser, se renforcent dans leurs idées, dans leur manière de regarder le monde et la vie, et s’y identifient. Ce qui, mine de rien, crée un liant bien plus fort que n’importe quelle manif, n’importe quelle diffusion de tract, n’importe quelle action concrète, happening, occupation, ou je ne sais quoi, pour la simple et bonne raison qu’il s’agit d’un flux ininterrompu d’informations, d’illustrations, de textes, de citations, de liens, etc. C’est permanent, c’est rassurant, ça permet à tout un chacun, même à ceux qui ne militent pas, qui ne communiquent jamais leurs idées à personne, de se sentir relié à quelque chose. C’est de l’armement idéologique, tout simplement. (..)"

Pour confirmer ou infirmer: www.zentropa.info

Voir les commentaires

Tout n'est pas perdu!

15 Avril 2015, 00:26am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

"X-Men", une épopée identitaro-chevaleresque (en plus le méchant est quand même un survivant vetéro-testamentaire ..)


"Captain America", plus natio-faf, tu meurs!


"Spiderman", une référence évidente à la mythologie antique et à ses dieux mi-hommes/mi-bêtes.

"Batman", illustration classique de l'aristocratie se portant au secours du peuple dans les périodes troublées.

"Fast and Furious", un hymne futuriste à la vitesse et à la technique qu'aurait sans doute applaudi Marinetti.

"Transformers", une allégorie de l'âme prométhéenne européenne, le héros s'imbriquant dans sa propre création pour dépasser la frontière des possibles.

"Expendables", un hommage à Camerone et aux Thermopyles, quelques hommes décidés font face et luttent contre des armées entières.

Toute l'industrie hollywoodienne est au service de nos valeurs et de notre vision du monde et on s'inquiète encore...

Voir les commentaires

Il n'y aura pas.

13 Avril 2015, 00:21am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Il y aurait un petit ruisseau au fond du jardin tout juste assez profond pour y faire glisser une légère barque de bois. Il y aurait une vieille demeure en lourdes pierres, passablement délabrée mais en cours, infini, de rénovation. Il y aurait des travaux commencés, jamais terminés, avançant au grès des accès d'énergie... Il y aurait des tas de trucs mal faits parce qu'on ne sait pas faire grande chose convenablement. Il y aurait une large cheminée sans cesse embrasée, même en été, parce que c'est joli... Il y aurait une cave pleine de vins médiocres qui deviennent des grands crus quand on les boit entre amis. Il y aurait des volutes de tabac se confondant avec la brume du soir. Il y aurait un jardin potager à moitié envahi par les herbes sauvages. Il y aurait un voisin antique et bourru venant prendre la poire et le café. Il y aurait des enfants, l'un caressant le chat, l'autre courant après un papillon, le dernier plongé dans un gros livre trop compliqué pour lui. Il y aurait des meubles solides et rustiques que les gens éduqués et de bon goût trouvent laids et ringards. Il y aurait une humble pauvreté joyeusement partagée. Il y aurait des chambres ouvertes à tous les camarades de passage.Il y aurait une femme, simple et douce comme une infinie caresse, oeuvrant à ses tâches sans s'en sentir humiliée, qui n'aurait pas 800 amis facebook et ne chercherait pas « mieux » dans les limbes virtuelles. Il y aurait des gens attachés à un lieu, à une volonté, à une promesse. Il y aurait de la musique et des chants, puis des silences apaisants. Il y aurait des bibliothèques, pleines de mémoire et de poésie. Il y aurait...

Voir les commentaires

Publicité

11 Avril 2015, 18:37pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

  • « Tu sais, il paraît que ça va être chaud au colloque de l'Iliade... »

  • « Le colloque sur l'univers esthétique des européens du 25 avril à la maison de la Chimie ? »

  • «Carrément ! »

  • « Ha bon ? »

  • « Oui... il y aura des « Antigones », des « Filles d'Europe », peut-être même des « Amazones »...du lourd quoi... »

  • « Vraiment ? »

  • « Yep... on parle même d'une reconstitution d'orgie romaine... »

  • « Ha oui ? »

  • « Oui, enfin moi, je dis ça, je dis rien... »

Institut Iliade

Publicité

Voir les commentaires

La, la, la

11 Avril 2015, 17:04pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires

Un coq, deux académiciens et un clochard...

10 Avril 2015, 23:55pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

En revenant de la projection de l'excellent documentaire « Leur après-guerre ou le roman des hussards » (dont le mérite essentiel est d'être en empathie avec son sujet sans sombrer dans l'hagiographie), je ne pouvais me débarrasser du goût un peu amer laissé par les images de Michel Déon et Jacques Laurent, engoncés dans leurs costumes d'académiciens français, ne parvenant pas à masquer sous l'ironie et la distance affichées l'épais contentement que leur procurait cette reconnaissance protocolaire, cette pompeuse institutionnalisation.

Cela devait être un couronnement, mais cela puait la défaite, le renoncement. Ces uniformes verts étaient autant de linceuls recouvrant tout ce qu'ils avaient prétendu être et longtemps cherché à incarner. La charge de la brigade légère se terminait au milieu des componctieux gérontes gras du bide...

Cette vision douchait rétrospectivement le naïf mais sincère enthousiasme que m'avait procuré la lecture de ces romans vifs et cinglants, accompagnés de la délicate odeur de rébellion et de souffre qui excite si facilement la jeunesse, en tout cas la mienne. Sans renier une grande affection doublée d'admiration pour Michel Déon, dont le « Je vous écris d'Ialie » restera pour moi une lecture superbement marquante, le spectacle des lambris et des cérémonies académiques prend un peu des allures de trahison...

Est-ce vraiment ainsi que cela doit toujours finir ? Les « marges » ne sont-elles que les salles d'attente des salons officiels ? Et ces gens qui se sont battus jusqu'au bout pour l'Algérie française, prenant au sérieux les lignes enflammées écrites par les alors farouches « hussards » et sur lesquels l'histoire officielle continue à glavioter rageusement, que penseraient-ils de ces pédantesques accoutrements olivâtres, de ces récompenses et prébendes offertes par ceux-là même qui les ont suppliciés ? Ce que l'on écrit n'est-il jamais vraiment sérieux ? Faut-il se tuer en bagnole sur une route de province, comme n'importe quel con partant en vacances avec bobonne, pour échapper à cela ?

Face à ces question, le tragique délabrement d'un Blondin paraît plus digne. Plus émouvant en tout cas.

Voir les commentaires

Solidarité avec les camarades incarcérés

10 Avril 2015, 21:25pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Solidarité avec les camarades incarcérés

Merci d'envoyer vos messages de soutien à:

Gianluca Galli

Casa Circondariale "Ca' del ferro",

Via Palosca n. 2

26100 CREMONA

ITALIA

et

Guido Taietti

Casa Circondariale "Ca' del ferro",

Via Palosca n. 2

26100 CREMONA

ITALIA

Voir les commentaires

Colloque Iliade

8 Avril 2015, 19:18pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires

Au kärcher

8 Avril 2015, 01:26am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Si le catholicisme veut sauver la France, il faudra d'abord qu'il se débarrasse des catholiques, qu'il se régénère entièrement et inonde de nouveaux cœurs après s'être vidangé de ce résidu glaireux qu'on appelle le « milieu catholique », rompant définitivement avec ce théâtre social où s'agitent encore péniblement fins de race à particule, bourgeois consanguins et lettreux camés. Ne partageant finalement que la morgue et la suffisance auxquelles ils se croient autorisés par un titre qu'ils se sont indûment auto-attribués et qui sert d'excuse et de paravent à tous leurs vices satisfaits, cette clique de péroreurs de fins de soirées, ultra-modernes jusqu'au bout de leurs postures réactionnaires purement cosmétiques, est devenue le plus efficace repoussoir permettant de tenir toute âme un peu moins souillée que la moyenne bien loin du miracle chrétien. Pharisiens éclatants, peureux, pavloviens, avides de reconnaissance, de gratifications et de bons points attribués par l'ennemi, ils ne forment plus qu'une tribu parmi les autres, plus abjecte que les autres de part ses prétentions et son orgueilleuse certitude d'incarner une « différence » au sein d'une société et d'un temps dont ils sont en fait le plus caricatural produit. La schizophrénie contemporaine prend chez eux des dimensions gigantesques, pensant que le discours vaut acte et que l'affirmation vaut réalisation. Par leur comportement quotidien, ils insultent la Croix plus sûrement que tous les « Golgotha Picnic » et « Piss Christ » du monde mais partent en vertueuses croisades contre n'importe quel chiffon rouge agité par leurs sparring partners progressistes, pressés de jouer le plus efficacement possible leur rôle de bouffons pathétiques dans la grande comédie médiatique. Qu'ils se veulent « sympas » et « cools » ou, au contraires « ultra-radicaux » et « hyper-intégristes », ils participent à la même escroquerie, au même règne des masques et des apparences.

Devenue une religion mondaine, un rite social, une parure esthétique, le catholicisme ne survivra et ne renaîtra en tant que force active et agissante qu'en échappant aux mains débiles de ceux qui se parent aujourd'hui de son nom. Plutôt les catacombes que les salons de 7e arrondissement.

Voir les commentaires

Ianva

5 Avril 2015, 23:40pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires