Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
A moy que chault!

La, la, la

9 Août 2015, 23:09pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires

Persévérer

8 Août 2015, 20:59pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

La moiteur estivale l'accablait. Il ne retrouvait plus le petit chemin qui perçait hier encore l'épais maquis de ronces et d'orties. Le lampion de papier rouge qu'il avait attaché à une branche d'arbre pour marquer l'entrée du sentier ne brillait plus. Le vent avait dû l'arracher ou bien avait-il été chapardé par quelqu'un. Pourtant personne ne passait par là. C'était son petit chemin à lui, les autres empruntaient la belle route goudronnée un peu plus loin.

Son regard s'agaçait sur l'impénétrable fouillis végétal, plus rien ne lui était familier, la nature semblait avoir refermé ses portes. La sueur ruisselait maintenant sur ses tempes battues par l'accélération de son rythme cardiaque. Il était pourtant certain de l'endroit, du moins à peu près. Tout ne pouvait avoir si rapidement changé, ces lianes dardées d'épines agressives ne pouvaient avoir poussé en quelques heures... Il devait atteindre le ruisseau, il y était attendu, il y avait rendez-vous. Mais il ne pouvait passer par la grande route, sous peine de voir disparaître le ruisseau et le rendez-vous. Car c'était un rendez-vous où l'on ne se rend que par des chemins de traverse. L'angoisse commençait à enfler en lui, il sentait que son rendez-vous s'impatientait, s'éloignait doucement. Il ne lui restait qu'à se jeter dans l'épaisseur des taillis hostiles. Offrant son corps à demi nu aux morsures et aux déchirures, arrachant de ses mains bientôt ensanglantées les branches les plus massives, il se mit à avancer en trébuchant vers l'objectif qui déjà lui échappait. Les racines lui faisaient des croche-pieds, les ronces fouettaient son insolence. Plus il progressait, plus la végétation devenait dense et agressive. Avait-il été transporté aux confins de l'Amazonie ? Enivré par l'odeur de son propres sang imbibant sa mince chemise, il s'acharnait à progresser malgré les chutes de plus en plus fréquentes. Derrière lui, on entendait des cris, des silhouettes en blouses blanches s'agitaient. Soudain, il transperça l'ultime rideau de feuilles et de branchages et tomba à genoux sur la rive du ruisseau. Mais il n'y avait plus personne. Seul, au loin, de l'autre côté de la large balafre d'eau limpide, brillait par intermittence une frêle lampe rougeâtre. Mais déjà des mains le saisissaient. De toute façon, il n'avait plus assez de force. Demain, peut-être...

Voir les commentaires

Méthodologie

8 Août 2015, 18:09pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

"Les mecs, c'est très simple, au début tu leur donnes beaucoup, mais vraiment beaucoup. Et ensuite, une fois qu'ils s'attachent, tu leur donnes plus rien, tu les tiens par les couilles, et là tu serres..."

Voir les commentaires

RDV

8 Août 2015, 14:16pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

RDV

Voir les commentaires

Honte

7 Août 2015, 16:35pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Fascinante la façon dont les médias présentent le bombardement atomique d'Hiroshima. Finalement c'était presque un acte humanitaire visant à "abréger la guerre" et à "limiter le nombre de victimes" parmi les rangs alliés mais aussi "au sein de la population japonaise".... Une désagréable nécessité en quelque sorte... Pas du tout un crime contre l'humanité, spécialité exclusivement réservée aux vaincus...

Voir les commentaires

Fin de soirée

7 Août 2015, 16:33pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

  • « Bon, il se fait tard... »

  • « Attends un peu, y'a une copine qui va arriver.. »

  • « Une copine ? »

  • « Oui, enfin... une fille quoi... »

  • « Quelle fille ? »

  • « Ben à ton avis ducon ? Une fille qui arrive à 1h48 du matin sur un coup de téléphone... une pute quoi ! »

  • « Ha ben, je vais y aller.... »

  • « Non mais attends, on la baise pas ensemble, c'est chacun son tour... »

  • « Ha ok. Mais je vais quand même y aller... »

  • « Ha bon, t'es pédé ? »

Voir les commentaires

Avec lui, vous allez aimer détester le libéralisme...

5 Août 2015, 22:19pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Avec lui, vous allez aimer détester le libéralisme...

Voir les commentaires

Tirez-vous les doigts du cul, bande de pinces !

4 Août 2015, 17:44pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Tirez-vous les doigts du cul, bande de pinces !

Le Crabe-Tambour

Communiqué du Crabe-Tambour

Nous avons le regret de vous annoncer la décision de la préfecture de police de fermer le crabe tambour administrativement jusqu'en septembre pour des plaintes aux motifs farfelus et qui prêtent a sourire. Cela ne change en rien notre détermination à maintenir cet espace de liberté parisien ouvert et de continuer le combat. Nous rouvrirons dès le vendredi 04 septembre mais nous avons besoin de votre aide pour repartir de plus belle des la réouverture. En effet le crabe tambour est un local géré par des bénévoles et qui les recettes sont entièrement utilisées pour payer les factures. 1 mois de fermeture veut dire 1 mois de loyer à payer sans aucune recette. Nos bénévoles qui investissent leur temps et leur argent ne pourront pas subvenir à tous ces besoins en ce mois d'août, c'est pourquoi nous appelons à votre solidarité et organisons cette collecte afin de maintenir le Crabe Tambour en vie. Merci pour votre soutien.

Le Crabe-Tambour

https://www.lepotcommun.fr/pot/30kozr92

Voir les commentaires

La, la, la

3 Août 2015, 01:03am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires

Saisie

2 Août 2015, 22:41pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Le seul huissier que je crains est celui qui me confisquera la foi et mes trois amis, étant donné que c'est là tout ce que je possède. J'ai déjà vu le coin de sa sale gueule et ne suis pas sûr d'avoir suffisamment de pierres à lui balancer pour le tenir indéfiniment à distance... D'autant que tant de ricaneurs et de beaux esprits n'attendent que cette disette. Ils gagneront peut-être, les doctes "on te l'avait dit", les fiers "mais c'était évident..." et autres componctieux "mon pauvre ami...", mais en attendant, je les encule. Et mon mépris, lui, n'a pas besoin de munitions.

Voir les commentaires