Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
A moy que chault!

Ajustements

11 Janvier 2016, 16:02pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Les minorités sont l’avenir du monde. Seuls leur bien-être et leur promotion comptent puisque ce sont les éternelles victimes d’une majorité invisible mais néanmoins coupable. Problème, ces minorités ne s’entendent pas toujours très bien entre elles et arrivent même parfois, en l’absence pourtant du tortionnaire majoritaire, à se chamailler de façon assez désagréable, voir presque désobligeante.

C’est malheureusement ce qui est advenu sur le parvis de la gare de Cologne, il y a quelques jours, la rencontre de deux des icônes de la post-modernité, d’un côté la femme, avenir de l’homme, et de l’autre le migrant, ultime espoir de l’Europe, n’ayant pas donné tous les merveilleux fruits escomptés. L’attitude rétive et fort peu assimilatrice de certaines femmes, sans doute encore psychologiquement souillées de préjugés racistes et xénophobes d’un autre âge, vis-à-vis d’individus en situation de migrance et de grande déficience affective - qui ne sollicitaient qu’un peu de la chaleur humaine qu’on leur avait promise en ces terres d’accueil et de tolérance -, a en effet engendré quelques frictions fort malheureuses.

Peut-être les courageuses activistes de « Osez le féminisme » devraient-elles lancer des actions auprès des « migrants » afin, qu’eux aussi, « Osent le clito ! ». Car il est vrai que la prise en compte du plaisir de la femme a tout de même semblé très secondaire dans ce grand happening multiculturel et festif du 31 décembre dernier à Cologne. Un « déficit culturel » qui ne manquera pas d’être corrigé par un travail social et citoyen afin que disparaissent bien vite les petites incompréhensions nées ce soir là.

Voir les commentaires

Jeux de rôles

9 Janvier 2016, 15:44pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Ils se pourlèchent les babines de leur propre conversation. Cette intelligence mâtinée d’humour, le tout tellement subtilement distancié, quelle saveur, quel délice !

Ils sont catholiques mais « cools ». C’est d’ailleurs désormais le devoir principal, sinon unique, des bourgeois catholiques. Non pas respecter les commandements des Evangiles, ni les préceptes du Vatican, mais ne pas être « ringards ». Telle est leur mission, leur rôle sur cette terre. Alors ils tapent de la coke et partouzent un peu. Gentiment, entre gens bien nés et bien élevés, vouvoiement avant la sodomie et citation de Bernanos ou de Péguy entre la pipe et le shooter de vodka-red bull. Merci de ne pas s'essuyer la bite sur la toile de Jouy.

Ils vont à l’église le dimanche (soir) parce qu’ils trouvent ça « décalé », « original », « rebelle », « dadaïste » quelque part… Car ils ont l’âme artiste, se rêvent écrivains et sont poussivement journalistes en attendant la révélation au grand monde de leur sublime talent. Ils forment la « jeune droite décomplexée », c’est à dire débarrassée de ces deux boulets d’un autre âge que sont la décence et l’humilité. Malgré leur frénésie de « coolitude », ils arborent cependant toujours les mêmes faciès de fins de race que leurs prédécesseurs corsetés, les mêmes gueules d’animateurs de patronages et de scouts d’Europe virés de la patrouille pour priapisme ou insuffisance cardiaque. Même les strings de leurs femelles ont des allures de serre-têtes Cyrillus.

Ils rêvent d’une « France éternelle » que leurs parents ont vendu à l’encan et regrettent surtout le temps où leur classe dominait sans partage et dirigeait sans gêne. Remplacés par plus avides et plus efficaces qu’eux, les orphelins à particules plus ou moins vérolées pleurent le latin et le grec, la poésie parnassienne et l’imparfait du subjonctif, toutes ces élégances oiseuses qui accompagnaient si bien le règne des maîtres des forges.

Héritiers dépouillés et penauds, ils feignent de regretter une « méritocratie républicaine », largement fantasmée, que leur caste a toujours cherché à contenir sinon à éradiquer. Pour choquer Bon Papa et animer les fins de soirées dans le Lubéron, ils parlent d’écologie, de justice sociale et de décroissance… Cela les fait frétiller. Le temps d’un « cercle » ou d’un cocktail-dînatoire, les petits-enfants de Thiers se prennent pour Louise Michel. Frisson garanti! Marie-Adélaïde en a encore les cuisses trempées !

Ils sont tellement intrinsèquement, ontologiquement, de droite, jusqu’à l’ultime centimètre carré de leurs chèches immaculés, que leurs efforts désespérés pour paraître « anarchos-bolchéviques » sont parfois touchants, émouvants même, un peu comme ces enfants de gendarmes qui veulent à tout prix jouer les voleurs dans la cour de récréation de l’école primaire…

Voir les commentaires

Acca Larentia

7 Janvier 2016, 00:28am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Acca Larentia

Voir les commentaires

13e

7 Janvier 2016, 00:07am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

« Temple des saveurs » je ne sais pas, mais temple du kitsch, c’est certain. « Tintin et le lotus bleu » version Ikea, sponsorisé par les frères Tang. Après m’avoir fait répéter trois fois que « j’étais seul » et que « je n’attendais personne », le serveur me place dans une table d’angle, sur une banquette de skaï orangeâtre plusieurs fois rapiécée. Il porte une veste rouge hors d’âge et un nœud papillon générationnellement compatible. Il parle fort péniblement le français. Cela doit faire 30 ans qu’il est là et ne sourit jamais. Il m’est très sympathique.

Après avoir rapidement compulsé les 90 pages du menu, je commande les traditionnels nems accompagnés d’un riz cantonais. Inapte manuellement, je réclame des couverts. Regard méprisant de la table voisine. Eux, ils sont cools, ils savent se servir de baguettes. Ils ont voyagé. D’ailleurs ils envisagent de « faire la Mongolie » l’été prochain. Ce projet a l’air de de les mettre en joie. Ils sont vieux, bouffent des nouilles aux crevettes et ont l’air content. Je suis content pour eux. Finalement, j’aime plutôt que les gens soient contents. Je leur introduirais cependant bien leurs baguettes dans le cul. Juste pour le principe.

Dans l’autre coin de la pièce, une jeune fille dîne également seule. Elle est jolie. C’est étrange. Pourquoi une jeune fille jolie dîne-t-elle toute seule ? Vraiment curieux. Sans doute une salope.

Voir les commentaires

Le retour de la momie

3 Janvier 2016, 18:04pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Droit dans ses bottes, Alain Juppé, pétulant et sympathique septuagénaire, s’apprête à venir sauver la France. Aussi sexy que Mario Monti, aussi honnête que Bernard Tapie, aussi courageux que Tony Blair, voilà bien le candidat parfait ! Il plaît à la bourgeoisie de droite car il a « tellement bien géré Bordeaux ! », la ville du pinard et de François Mauriac. Pourvu qu’il choisisse aussi bien les lampadaires au niveau national ! Son insipidité pré-cadavérique rassure les marchés. L’austérité, il l’incarne jusqu’à l’ultime centimètre de sa calvitie. Avec lui, c’est certain, pas d’aventurisme au programme ! Il satisfait également la gauche, étant nettement moins libéral que Macron et Valls. Il flatte même le vieux fond de masochisme du populo qui n’aime jamais rien plus que des dirigeants hautains et méprisants qui lui font bien ressentir l’existence de deux mondes irréconciliables, celui de ceux qui savent et celui des mange-merdes à demi débiles où il végète.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3