Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
A moy que chault!

Gargouilles

20 Mars 2015, 00:51am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

J'ai toujours eu une répulsion toute particulière pour ces plus ou moins jeunes gens qui, ivres ou drogués, se prennent, du fond des bars et les caves qu'ils fréquentent avec assiduité, pour les sauveurs de la littérature et les dernières vigies du bon goût et du sens esthétique. Eux ne sont même pas des êtres humains à moitié convenables mais ils se permettent de jauger des œuvres et des réalisations des grands créateurs, avec une morgue généralement proportionnelle à leur propre insignifiance. Ils font des hiérarchies, donnent des bons et des mauvais points, commentent, persiflent, ricanent, ce qui est évidemment leur droit (tout le monde a désormais le droit le tout...) et serait même presque supportable s'ils avaient au moins une vague conscience du pathétique et du ridicule de leur morgue postillonnante. Mais autant ils sont redoutables d'ironie et de sarcasmes sur les autres, autant ils n'ont aucun second degré sur eux-mêmes. Ce sont des pitres très sérieux.

Voir les commentaires

Retour à Célingrad

18 Mars 2015, 23:16pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires

La joie de servir

18 Mars 2015, 23:11pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

De la même façon qu'éplucher des patates n'est plus une corvée lorsqu'il ne s'agit plus de nourrir des inconnus ou des indifférents mais des camarades, la servitude n'est pas une chaîne mais une libération lorsque celle-ci est consciemment choisie.

Les tâches les plus humbles, les plus prosaïques, les plus ingrates même, deviennent douces et sapides dès lors qu'elles prennent un sens, qu'elles s'inscrivent dans un effort collectif, tendent vers un but qui, bien que modeste, participe d'une conception haute de partage, de construction.

S'abandonner à autre chose qu'à la passion de soi-même, s'oublier dans une idée, un idéal, une volonté, une communauté, voilà le remède – sans doute le seul – à la sinistrose et à cette lèpre occidentale qu'est la dépression, la réponse à ses mines toujours fermées et blasées, à ses moues épuisées, à ses mélopées plaintives et geignardes qui composent l'entêtant fond sonore d'une époque trop nourrie et trop confortable. Mécontente de son job, mécontente de son couple, mécontente du temps qu'il fait, l'armada des sales gueules renfrognées s'offusque que son existence égoïste, auto-centrée, passionnément narcissique, ne soit pas à la hauteur de ses rêves chimériques et se perd alors dans l'aigreur, le ragot, la méchanceté et l'agitation mondaine, cette ersatz d'importance, ce simulacre de pouvoir. Mais on n'est jamais que ce que l'on donne, et c'est pourquoi nous croisons tant de gens sans consistance ni intérêt, ectoplasmes humanoïdes, qui ne veulent, ne savent, que recevoir et exiger et ne tiennent debout, où à moitié, que par la force hystérique des pulsions de leur ego, entretenu à grands coups de pilules pharmaceutiques et autres drogues diverses. Mais il ne sont qu'eux, c'est à dire si peu de choses, presque rien. Ils ne s'inscrivent plus dans aucune lignée, dans aucun projet collectif, dans aucun grand récit, dans aucune transcendance, et se noient donc dans la contemplation de leur nombril, s'écrasant contre le mur de leur médiocrité et l'impasse d'une solitude hargneuse que seuls les plus grands artistes, parviennent, parfois, à dépasser, au prix, toujours, d'insondables souffrances.

Servir n'est pas qu'un sacrifice, c'est aussi une grande joie, un honneur et une force. Une fois dépassés l'effort, la petite souffrance de la rupture avec la facilité cotonneuse, avec la peur, avec la suffisance, quelle enivrante nourriture que celle du don ! Y compris – ou peut-être surtout – le don discret, anonyme, méconnu, qui ne fait de nous qu'une pierre d'un immense, improbable et sublime, édifice. Tant que nous n'aurons pas tout donné, nous n'aurons rien essayé.

Voir les commentaires

Courage, fuyons!

17 Mars 2015, 21:51pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

"Aujourd'hui, la plupart des écrivains proches de ces idées prennent leur distance avec les partis d'extrême-droite. Ils n'assument pas leurs idées quand elles sont proches de ce courant, ils n'arrivent pas à les formuler. Ils font des circonvolutions etc. L'extrême-droite est vulgaire à leurs yeux. Ils ont peur en se disant favorables à l'extrême-droite d'affaiblir leur capital social. Quand 8% de vos camarades votent pour le FN lors de la présidentielle de 2012, on a plus tendance à éviter ce vote. Si plus de créateurs affichaient leur soutien, d'autres seraient plus enclins à le faire. Il y a un effet de norme. On essaie de ressembler aux personnes que l'on côtoie."

​http://www.lefigaro.fr/culture/2015/03/17/03004-20150317ARTFIG00129-quel-rapport-entretient-l-extreme-droite-avec-la-culture.php

Voir les commentaires

Vieux con

15 Mars 2015, 23:51pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Les couples sont souvent écoeurants. Surtout les jeunes. Eux, c'est clair, ils sont abjects. Même quand ils ont les traits fins et des courbes gracieuses, la vulgarité épanouie de chacun de leurs gestes, de la moindre de leur attitude, les rend d'une repoussante laideur. Ils ne savent pas se tenir, ils se répandent, s'étalent, dégueulent. La grossièreté semble leur seul horizon, du langage à la posture. Vautrés, entassés, se chevauchant, s'échangeant des regards bovins et des baisers bruyants qui évoquent des gargarismes, le casque hi-fi vissé sur les oreilles, les épaules tombantes, le portable dans une main qu'ils ne quittent jamais vraiment du regard même quand ils se bavent réciproquement dans la glotte.... Ils n'ont plus aucune des qualités qui, jadis, rachetait la bêtise de la jeunesse : l'énergie, la fougue, l'insolence, l'idéalisme, la grande santé, le panache... Ce sont des loques épuisées qui ne sourient plus mais grimacent, ne rient plus mais ricanent seulement. Ils vous dégoûtent mais semblent se dégoûter eux-mêmes encore plus. Comme s'ils avaient définitivement admis, intégrés, leur rôle de génération inculte, inutile, ridicule et sans avenir. Leur « amour » est à la mesure de leur vision du monde :petit-bourgeois. Ils s'habillent comme à la télé, baisent comme dans les pornos. Le monde autour d'eux est trop dur, trop brutal, trop difficile, complexe. Ils préfèrent facebook et les jeux vidéos, ces lieux virtuels et sûrs où il peuvent enfin être autre chose que des pions et des victimes. Effondrés, physiquement affaissés, sorte d'amas de chiffons hors de prix, ils sont le digne produit d'une parentèle démissionnaire et complaisante, laxiste et béate, dopée à la psychanalyse et à la pédagogie. On frémit d'horreur à l'idée des enfants qu'ils risquent à leur tour d'engendrer même si, dieu merci, ils ont le bon goût de réduire cette procréation à la portion congrue, en fonction du plan de carrière, du pognon disponible, des vacances programmées. Ils seront remplacés par ce qu'ils sont contents de l'être, ils seront oubliés parce qu'ils n'ont rien créé, ils seront battus parce que l'idée même du combat leur est étrangère. Liquidateurs d'une civilisation qu'ils ne peuvent pas aimer car ils sont incapables de la comprendre, ils seront demain des dhimmis mahométans comme ils sont aujourd'hui des américains et peut-être après-demain des bouddhistes ou n'importe quoi d'autre. Ils ne sont plus qu'une ligne de programmation d'un grand logiciel dont ils ont renoncé à refuser la logique et à contester la légitimité. Ainsi, ils ne peuvent être des couples mais de simples collages, aussi circonstanciels et éphémères que le reste. Ils le savent, cela se lit dans leurs yeux délavés et leurs caresses émoussées, déjà chargées de calculs.

Voir les commentaires

Oï, Oï, Oï

14 Mars 2015, 23:15pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Voir les commentaires

Perspective

12 Mars 2015, 00:13am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Quand j'imagine Philippot Premier Ministre, Chauprade aux Affaires étrangères, Chenu à la Culture, Collard à la Justice, Aliot à l'Education nationale, Rochedy à la Famille, Martel à l'Economie, Dussausaye à la Jeunesse et aux sports, je me dis que, moi aussi, comme Djamel Debbouze, peut-être, je foutrais le camp si le FN arrive au pouvoir... Bon, évidemment, pour ma part, je n'ai pas de patrie de rechange, pas de sortie de secours ni de double allégeance m'offrant un confortable plan B, mais bon, je me débrouillerai, je me bâtirais un petit pays rien qu'à moi, un petit bout de terrain qui ne ressemblera pas à grand chose, fait de littérature, d'amitié, de souvenirs, de chants, de rêves, de délires, de douleurs et d'enivrement… Le drapeau noir et les copains. Ca ne changera pas grand chose finalement.

Voir les commentaires

Images intérieures

9 Mars 2015, 17:14pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

"La description extérieure de la douleur est aussi décevante que la description de la volupté dans les livres érotiques; Les positions, les convulsions de la douleur ne parlent guère plus que celles du plaisir; ce qui compte, ce sont les images intérieures qui président à toutes ces agapes de la chair."

Pierre Drieu la Rochelle, "Mémoires de Dirk Raspe"

Voir les commentaires

On fait ce qu'on peut!

5 Mars 2015, 20:50pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Lorsque l’on se navre excessivement du bilan assez misérable des luttes – mais a-t-on vraiment lutté? Autre question… - menées par nos milieux, il est toujours loisible de tenter de se remonter un peu le moral en se penchant sur les brillants résultats de « 60 ans de combats féministes »…

2015 :

- Idoles des jeunes filles : Nabilla, Rihanna et Miley Cyrus.

- Livre le plus lu par les femmes : 50 nuances de grey.

- Plus grosses ventes de la presse féminine : Closer, Voici, Elle, Biba…

- Haut fait d’armes, véritable Austerlitz de la libération féminine : la banalisation et la massification du godemichet et du vibromasseur…

Sinon, multiplication des burqas et des conversions à l’Islam (un poil plus odieusement patriarcal que le pourtant déjà très vilain catholicisme pas beau…), légalisation et globalisation prochaine du marché des mères-porteuses et future production industrielle d’utérus artificiels… Alors, quand est-ce qu’on sable le champagne? Enfin, tant qu’elles ont bien « osé le clito » dans les raouts du 7e arrondissement, c’est sans doute là l’essentiel…

Voir les commentaires

L'implacable tyrannie machiste

5 Mars 2015, 18:06pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

http://www.liberation.fr/politiques/2015/03/04/pour-reussir-en-politique-une-femme-doit-etre-un-peu-jeune-et-jolie_1214053

L’instant pleurniche et jérémiade du jour (suite sans fin chez les « féministes »…). Il est vrai que l’on ne peut pas donner tort à cette grande intellectuelle : Margareth Thatcher, Danielle Mitterrand, Edith Cresson, Simone Veil, Marie-France Garaud, Arlette Laguiller, Christiane Taubira, Eva Joly, Angela Merkel , Catherine Trautmann, Marie-George Buffet, Martine Aubry, Christine Boutin, Marie-Noëlle Lienemann… que des bombasses méga sexy correspondant parfaitement aux critères machistes rétrogrades de l’horrible société patriarcale.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 > >>