Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A moy que chault!

Drame de « Charlie Hebdo » : vers un « patriot act » à la française ?

22 Janvier 2015, 18:09pm

Publié par amoyquechault.over-blog.com

(article paru en italien sur http://www.ilprimatonazionale.it/)

Au delà de la tragédie humaine en tant que telle, l'attaque sanglante ayant visé le journal « Charlie Hebdo » et son traitement médiatique et institutionnel ont indiscutablement démontré l'effacement, pour ne pas sire la dissolution, du politique au profit de l'émotionnel pur, du sentimentalisme débridé et exacerbé.

Durant une semaine, la réflexion, l'analyse, le recul et la mise en perspective ont totalement abandonné l'espace public au profit d'un cantilène hystérique psalmodié par un cœur de pleureuses débitant un discours aussi niais que larmoyant sur l'air de « pourquoi sont-ils aussi méchants ? » et de l'éternel « Plus jamais ça ! ». Le point d'orgue de ce grand gémissement plaintif a bien sûr été la grande « marche républicaine » où une marée de bisounours ont pu défiler en rangs serrés, chapeaux-crayons sur la tête et nez de clown au milieu du visage, derrière de grands démocrates et défenseurs des droits de l'homme tels que Benyamin Netanyahou, Avigdor Libermeran ou Abdhallah II de Jordanie... Une manifestations sensée représenter la fameuse « union nationale », dernière planche de salut d'un système à bout de souffle, mais dont on avait pris soin d'exclure le Front National, premier parti de France et seule mouvement politique à avoir inlassablement dénoncé les méfaits de l'immigration de masse, les inévitables drames qu'elle produit et la dangerosité de l'islamisme. A contrario, tous les chantres du « vivre ensemble » sans nuage ni écueil, du « multiculturalisme heureux », tous les tenants d'un monde sans frontières, tous les promoteurs de l'Islam « religion de paix et d'amour », tous les va-t-en guerre qui ont encouragé la mise à feu et à sang les derniers états laïcs du Maghreb et du Proche-orient étaient bien présents, au premier rang desquels l'ineffable Bernard-Henri Levy, vice-ministre des affaires étrangères, l'homme qui a appelé à armer les milices islamistes contre Mouammar Kadhafi et Bachar El-Assad. Tous les responsables de la situation actuelle, tous ceux qui ont contribué à bâtir la poudrière actuelle se pressaient donc dans la rue pour dénoncer les effets de leur politique aveugle et masochiste, pas un ne manquait à l'appel. Fort heureusement pour eux, l'indécence ne tue pas.

Et maintenant ? Alors que la logique voudrait qu'un tel événement, révélant les fractures internes de la société française (de nombreux incidents, notamment dans les établissements scolaires des quartiers à fort peuplement extra-européen ont fait apparaître la solidarité d'une frange de la population avec les terroristes) entraîne une remise en cause drastique des politiques migratoires et pseudo-assimiliationnistes, une réflexion sur la protection et la défense des frontières ainsi qu'une interrogation sur la politique étrangère du pays, c'est bien évidemment un tout autre scénario qui se met en place. Au delà des discours, les seules actes concrets réalisés depuis lors ont été la mise en garde à vue de l'humoriste antisioniste Dieudonné et la mise en examen d'une cinquantaine de personnes pour « hagiographie du terrorisme » (via des propos ou des écrits sur internet). Curieuse réponse lorsque l'on prétend défendre la sacro-sainte « liberté d'expression » face à l'obscurantisme.

Parallèlement, le gouvernement annonce des « mesures exceptionnelles » en matière de renseignement, de surveillance et de contrôle d'internet. Bref de nouvelles restrictions des libertés publiques et une augmentation du flicage des moyens de communication et d'information alternatifs, dont on se doute bien qu'il ne se limitera pas à la « sphère islamiste ». Bref c'est une ébauche de « Patriot act » à la française qui est en train de se dessiner, sous les applaudissements de français prêts à sacrifier les dernières bribes de leur liberté pour acquérir une illusoire « sécurité », d'autant plus improbable que le pouvoir se borne une nouvelle fois (c'est son plus grand intérêt) à prétendre traiter les effets du mal sans s'attaquer à ses causes. Un « Patriot act » à la française que certains, comme l'ex-ministre UMP Valérie Pécresse, appellent ouvertement de leurs vœux et dont la perspective ne choque même plus ceux qui le dénonçait lors de sa mise en place outre-atlantique. Si la peur et l'émotion sont toujours mauvaises conseillères, elles règnent actuellement en maître à tous les niveaux en France. C'est peut-être d'ailleurs là la vraie victoire des assassins du 7 janvier.

Xavier Eman