Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A moy que chault!

Un socle

10 Novembre 2014, 01:32am

Publié par amoyquechault.over-blog.com

Lorsque l'on affirme que lutter contre la colonisation culturelle américaine et l'impérialisme mental du consuméro-matérialisme devrait être la priorité absolue du combat identitaire, on nous rétorque souvent que l'on se trompe de hiérarchie dans les problématiques, qu'il y a une urgence et une seule : l'opposition à la submersion migratoire et à son corollaire - sinon le plus visible du moins le plus mis en avant - l'islam. Bien sûr, il serait absurde et même criminel de minimiser cette menace, ce danger immédiat, ressenti de façon concrète et « épidermique », si l'on peut dire, au quotidien par nos compatriotes. Mais la conscience de la prégnance et de la pesanteur de ce fléau, sa mise en exergue et sa dénonciation permanente, ne nous disent rien – ou pas grand chose - sur la façon de le combattre efficacementet, surtout, de démonter les arcanes du système qui ont rendu et rendent possible son déploiement. Avant l'affrontement, définir l'ennemi, c'est très bien (comme vous le diront tous les gens qui n'ont pas plus Carl Schmitt mais aiment néanmoins le citer), mais définir ce que l'on est et ce que l'on veut défendre, c'est important aussi. Primordial même. Sans cela, la défaite est quasiment certaine. Car personne ne meurt pour sauver un monde qu'il n'aime pas, qu'il n'aime plus, qui lui est devenu odieux, qui le rend malade, l'abaisse, l'agresse, l'avilit... On ne mène pas une croisade avec une armée de toxicomanes, bourrés de cocaïne, devalium et d'anxiolitiques, on ne monte pas à l'assaut avec des escouades de teufeurs décérébrés et de dépressifs suivis hebdomadairement par des psys, on ne renverse pas l'histoire avec des hommes qui ignorent ce que faisaient leurs grands-parents, qui en savent plus sur Nabila que sur Napoléon et s'infusent 4 heures de télévision par jour, on ne force pas le destin avec des commandos de dandys éthérés qui rejouent une éternelle pièce de théâtre en costumes de plus en plus élimés.. Les européens, à la fois obèses et exsangues, sont fatigués d'eux-mêmes et ne voient leur disparition annoncée que comme un prolongement presque logique de leur longue léthargie.

Ainsi on se lamente des conversions à l'Islam. Mais comment y faire face ? En les interdisant ? En retirant la citoyenneté à ceux qui l'accomplissent, les transformant en apatrides puisque ce sont des « français de souche » sans patrie de rechange ? On voit bien la limite de ces procédés répressifs... car tant que l'on n'aura pas comblé le vide spirituel, philosophique et humain d'une société hédonisto-consumériste sans élévation ni projets collectifs, ces phénomènes perdureront et prendront même de l'ampleur, dans les directions les plus radicales mais aussi les plus grotesques (les fumisteries orientalo-new age sont tout autant des reniement de l'Europe.).

Il faut réarmer les cœurs et les âmes, et ce non pas seulement en réapprenant la grandeur et la beauté de notre héritage et de notre patrimoine, mais en réinventant, hic et nunc, une nouvelle existence collective, des nouveaux liens sociaux et humains, une façon de vivre, à la fois neuve et ancestrale, qui rompe avec l'atomisation individualiste contemporaine et redonne du sens et de la chair à la notion de communauté et d'intérêt général. Un modèle pour lequel on a envie de se battre, qu'on ne laissera personne remettre en cause, qui transcende et qui sublime. Nos valeurs – l'honneur, la fidélité, la générosité, la foi...- ne doivent pas être des slogans ou des souvenirs historiques, mais des comportements concrets, observables, des exemples, une réalité perceptible et permanente créant des liens que peu de choses pourront rompre. Elles doivent s'incarner avant de s'opposer.